Zu Jorinde und Joringel LG, Jugend, S. 67 ff., siehe man auch
hier.

 

Jorinda and Jorindel (engl.)

Jorinda et Jorindel (franz.)


JORINDA AND JORINDEL.

 
THERE was once an old castle that stood in the middle of a large thick wood, and in the castle lived an old fairy. All the day long she flew about in the form of an owl, or crept about the country like a cat; but at night she always became an old woman again. When any youth came within a hundred paces of her castle, he became quite fixed, and could not move a step till she came and set him free: but when any pretty maiden came within that distance, she was changed into a bird; and the fairy put her into a cage and hung her up in a chamber in the castle. There were seven hundred of these cages hanging in the castle, and all with beautiful birds in them.
Now there was once a maiden whose name was Jorinda: she was prettier than all the pretty girls that ever were seen; and a shepherd whose name was Jorindel was very fond of her, and they were soon to be married. One day they went to walk in the wood, that they might be alone: and Jorindel said," We must take care that we don't go too near to the castle." It was a beautiful evening; the last rays of the setting sun shone bright through the long stems of the trees upon the green underwood beneath, and the turtledoves sang plaintively from the tall birches.
Jorinda sat down to gaze upon the sun; Jorindel sat by her side; and both felt sad, they knew not why; but it seemed as if they were to be parted from one another for ever. They had wandered a long way; and when they looked to see which way they should go home, they found themselves at a loss to know what path to take.
The sun was setting fast, and already half of his circle had disappeared behind the hill: Jorindel on a sudden looked behind him, and as he saw through the bushes that they had, without knowing it, sat down close under the old walls of the castle, he shrank for fear, turned pale, and trembled. Jorinda was singing,

 
The ring-dove sang from the willow spray,
Well-a-day! well-a-day!
He mourn'd for the fate
Of his lovely mate,
Well-a-day !

 
The song ceased suddenly. Jorindel turned to see the reason, and beheld his Jorinda changed into a nightingale; so that her song ended with a mournful jug, jug. An owl with fiery eyes flew three times round them, and three times screamed Tu whu ! Tu whu ! Tu whu! Jorindel could not move: he stood fixed as a stone, and could neither weep, nor speak, nor stir hand or foot. And now the sun went quite down; the gloomy night came; the owl flew into a bush; and a moment after the old fairy came forth pale and meager, with staring eyes, and a nose and chin that almost met one another.
She mumbled something to herself, seized the nightingale, and went away with it in her hand. Poor Jorindel saw the nightingale was gone,—but what could he do? he could not speak, he could not move from the spot where he stood. At last the fairy came back, and sung with a hoarse voice,

 
Till the prisoner's fast,
And her doom is cast,
There stay ! Oh, stay !
When the charm is around her,
And the spell has bound her,
Hie away ! away!

 
On a sudden Jorindel found himself free. Then he fell on his knees before the fairy, and prayed her to give him back his dear Jorinda: but she said he should never see her again, and went her way.
He prayed, he wept, he sorrowed, but all in vain. "Alas!" he said, "what will become of me?"
He could not return to his own home, so he went to a strange village, and employed himself in keeping sheep. Many a time did he walk round and round as near to the hated castle as he dared go. At last he dreamt one night that he found a beautiful purple flower, and in the middle of it lay a costly pearl; and he dreamt that he plucked the flower, and went with it in his hand into the castle, and that every thing he touched with it was disenchanted, and that there he found his dear Jorinda again.
In the morning when he awoke, he began to search over hill and dale for this pretty flower; and eight long days he sought for it in vain: but on the ninth day early in the morning he found the beautiful purple flower; and in the middle of it was a large dew drop as big as a costly pearl.
Then he plucked the flower, and set out and travelled day and night till he came again to the castle. He walked nearer than a hundred paces to it, and yet he did not become fixed as before, but found that he could go close up to the door.
Jorindel was very glad to see this: he touched the door with the flower, and it sprang open, so that he went in through the court, and listened when he heard so many birds singing. At last he came to the chamber where the fairy sat, with the seven hundred birds singing in the seven hundred cages. And when she saw Jorindel she was very angry, and screamed with rage; but she could not come within two yards of him; for the flower he held in his hand protected him. He looked around at the birds, but alas! there were many many nightingales, and how then should he find his Jorinda ? While he was thinking what to do, he observed that the fairy had taken down one of the cages, and was making her escape through the door. He ran or flew to her, touched the cage with the flower, – and his Jorinda stood before him. She threw her arms round his neck and looked as beautiful as ever, as beautiful as when they walked together in the wood.
Then he touched all the other birds with the flower, so that they resumed their old forms; and took his dear Jorinda home, where they lived happily together many years.

 

Jorinda et Jorindel.

« Il existait autrefois un vieux château, situé au milieu d'une vaste et épaisse forêt, dans lequel habitait, sous la figure d'une vieille décrépite, un de ces malins esprits que l'on nomme communément dames blanches ou femmes sauvages. Cette méchante vieille volait d'un côté et d'autre pendant le jour sous la forme d'une chouette, ou rôdait dans le voisinage sous celle d'un chat; mais dès que la nuit était venue, elle reprenait sa figure habituelle. Lorsqu'un jeune homme avait le malheur de pénétrer dans la forêt, à cent pas de son château, il devenait aussitôt immobile et ne pouvait plus faire un pas avant que la méchante vieille ne fût venue lui rendre la liberté; mais si quelque jolie fille s'approchait à la même distance de sa demeure, elle était aussitôt changée eu oiseau. La fée le mettait ensuite dans une cage qu'elle suspendait au plafond des appartements du château, où il se trouvait déjà sept cents de ces cages, toutes remplies des plus beaux oiseaux qu'on pût voir.

» Il y avait alors dans le voisinage de cette forêt un village dans lequel habitait une jeune fille qui s'appelait Jorinda; c'était la plus jolie de toutes les jolies filles qu'on pût voir alors dans toute l'Allemagne; elle était aimée d'un berger nommé Jorindel, et ils devaient être bientôt unis. Un jour, afin d'être seuls, les deux amants furent se promener dans la forêt, et Jorindel recommanda bien à sa fiancée de ne point s'approcher trop près du château. La soirée était belle; les derniers rayons du soleil, pénétrant à travers les troncs serrés des arbres, éclairaient le taillis d'une lumière brillante, tandis que les tourterelles, perchées sur les branches les plus élevées des bouleaux, faisaient entendre leurs chants plaintifs et amoureux.

» Jorinda s'assit sur le gazon ; Jorindel se plaça près d'elle, et tous deux se sentaient affligés, sans pouvoir en deviner la cause ; mais il leur semblait qu'ils devaient être bientôt séparés pour jamais. Ils errèrent ensuite pendant longtemps dans la forêt; et lorsqu'ils pensèrent enfin à retourner au village, ils ne surent plus quel chemin prendre.

» Le soleil allait se coucher, et déjà la moitié de son disque avait disparu derrière la montagne du Wunderberg lorsque Jorindel, regardant autour de lui, s'aperçut avec effroi qu'il n'était pas à vingt pas des murs du fatal château ! A cette vue, le pauvre berger trembla de tous ses membres. La voix de Jorinda, qui était alors à quelques pas derrière lui, vint frapper son oreille ; elle chantait ces paroles :


« La tourterelle gémit, cachée sous le feuillage des saule
Hélas ! hélas!
» Elle déplore le destin de sa fidèle compagne,
Hélas! hélas!........

» Le chant cessa tout à coup. Jorindel, se retournant pour en connaître la cause, aperçut sa chère Jorinda changée eu rossignol, et terminant sa chanson par un plaintif jug, jug. jug. Au même instant, une chouette, aux yeux enflammés. vola trois fois autour d'eux et cria trois fois : « Tu whu! tu whu! tu whu! aussitôt le bercer devint immobile comme une statue, ne pouvant ni pleurer, ni parler, ni faire aucun peste.

» En ce moment, le soleil disparaissait tout-à-fait derrière la montagne : bientôt d'épaisses ténèbres couvrirent la forêt; la chouette fut se cacher dans un buisson, et, bientôt après, la méchante vieille en sortit pâle, les yeux hagars, et son nez et son menton se joignant presque ensemble.
» Elle murmura quelques paroles magiques, saisit le rossignol et l'emporta. Le pauvre Jorindel, témoin de l'enlèvement de sa bien-aimée, ne pouvait rien faire pour la secourir. Enfin , la vieille revint et chanta d'une voix rauque :


« Jusqu'à ce que l'oiseau soit en cage
Et que son sort soit accompli,
Immobile tu dois rester;
Mais lorsque le charme l'arrête
El l'enchaîne pour jamais,
Fuis de ces lieux! »


» Aussitôt que le berger sentit que sa liberté lui était rendue, il tomba aux pieds de la vieille, et la supplia de lui rendre sa chère Jorinda; mais elle lui répondit qu'il ne la reverrait de sa vie, et disparut.
» II pria, pleura, se désola, le tout en vain. Ne voulant pas retourner chez lui, il s'en alla dans un village éloigné, où il fut employé à garder les troupeaux. Combien de fois ne chercha-t-il pas à s'approcher du fatal château ! Mais la crainte d'un sort plus cruel encore que celui qu'il éprouvait l'empêchait toujours d'y pénétrer.

» Enfin, une nuit, Jorindel rêva qu'ayant rencontré une Heur couleur de pourpre, dans le milieu de laquelle se trouvait une perle d'une grande beauté , il l'avait cueillie, et, en la tenant toujours dans sa main, il était entré dans le château de la fée, où il retrouva sa Jorinda, qu'il désenchanta ainsi que toutes ses compagnes de captivité, en les touchant seulement avec cette belle fleur.

» Dès qu'il fut éveillé, il se mit à chercher par monts et par vaux cette fleur précieuse; il la chercha vainement pendant huit grands jours ; enfin, le neuvième, il en trouva une couleur de pourpre, dans le milieu de laquelle était une goutte de rosée, aussi grosse qu'une belle perle.

» Jorindel cueillit la fleur, et marcha ensuite jour et nuit jusqu'à ce qu'il aperçut le château qui renfermait sa chère Jorinda; il s'en approcha le plus possible, et vit avec joie qu'aucun changement ne s'opérait en lui. Il toucha ensuite la porte avec sa fleur, et la porte s'ouvrit d'elle-même. El pénétra dans le château, et arriva enfin à la chambre où la vieille était assise au milieu de ses sept cents cages. Aussitôt qu'elle le vit, elle devint furieuse ; mais elle ne pouvait l'approcher, car il tenait toujours sa fleur entre elle et lui, pour se garantir de ses maléfices.

» Il cherchait des yeux, parmi tant d'oiseaux, lequel pouvait être sa bien-aimée, lorsqu'il aperçut la méchante vieille saisir vivement une des cages et l'emporter, en se sauvant à toutes jambes. Jorindel la poursuivit, et, ayant touché avec sa fleur la cage qu'elle portait, il vit sa chère Jorinda qui l'embrassa tendrement et qui lui parut aussi belle que jamais, aussi belle que la dernière fois qu'ils s'étaient égarés dans la forêt.

» Jorindel toucha également avec sa fleur tous les autres oiseaux, qui reprirent aussitôt leur première forme. Il conduisit ensuite sa chère Jorinda dans son village, où ils vécurent heureusement ensemble pendant un grand nombre d'années. »

 

Cookies erleichtern die Bereitstellung unserer Dienste. Mit der Nutzung unserer Dienste erklären Sie sich damit einverstanden, dass wir Cookies verwenden.
Datenschutz OK