Ein „joli petit roman“ – Jung-Stillings Werke in Frankreich     
Hinweise auf unbekannte Quellen

von

Petra Mertens-Thurner

 

 

Das apodiktische Urteil: „Übersetzungen von Jung-Stilling-Schriften in Französische gab es nicht.“ [1], ist bereits seit 1796 widerlegt. Johann Samuel Ersch (1766-1828) führt in seiner Bibliographie [2]neben einer holländischen Übersetzung des Romans „Florentin von Fahlendorn“ eine in französischer Spra­che auf:

„Florentin von Fahlendorn, holländ. [...] dieselbe franz. Paris 1795, 2 Theile 8.“

 

 

 

 

JUNG (J. H. 2.) Stillings Kindheit, Jünglingsjahre und
      Wanderschaft , holländ. Gemeinschaftlich Arnheim
      1786. 8.  Geschichte des Herrn von Morgenthau,
      holländ. Ebendas. 178.. 8.  Florentin von Fahlen-
      dorn, holländ. Ebendas. 178.. 3 Theile. 8. dieselbe
      franz. Paris 1795. 2 Theile. 8.

 

Abbildung 1: Titelblatt Ersch, 1796

Abbildung 2: Text S. 52 ebd.

 

Dieses nur in wenigen Exemplaren erhaltene zweibändige, zumeist in einem Buch gebundene, Werk ist die Widerlegung der Aussage: „Es sind keine französischen Übersetzungen Jung-Stillings bekannt.“[3] Sicherlich ist das seltene kleine Büch­lein gut versteckt gewesen, zumal es noch 1821 unter den falschen Autornamen Adélaide-Hélène-Joséphine-Charlotte Celliez (nicht Ceil­lier) und Friedrich GustavSchilling ge­nannt wird. [4]

 

 

 

 

S. 54:

 

 

 

S. 317:

 

Abbildung 3: Pigereau, Titel

Abbildung 4: Pigereau, Text

 

Die umfangreiche Rezension aus dem Januar 1796 im „Mercure Français“ [5] nennt dagegen korrekt:

„traduite de l’allemand de Stilling“.

 

 

 

 

 

„Florentin et Rosine, ou l’Orphelin des Vosges, histoire véritable, traduite de l’allemand der Stilling; avec figures dessinées et gravées par Queverdo: deux volumes in-18. A Paris, chez le Petit, libraire, quai des Augustins, n°. 32.“

 

Abbildung 5: Titel des „Mercure de France"

Abbildung 6: Text S. 173.

 

Unbeachtet wie dieser „joli petit roman“ [6] , zu dem weiter unten Näheres gesagt ist, sind auch andere Über­setzungen geblieben, die sich zumeist in Sammelrezensionen verbergen.

Gleichfalls ist noch kaum zur Kenntnis genommen worden, dass schon in Frankreich Textproben von Jung-Stillings Pro­mo­tionsschrift in französischer Sprache angemessene Würdigung fanden.

Da diese Texte in der Jung-Stilling-Forschung bisher nicht berücksichtigt worden sind, soll hier eine knappe Darstellung der Quellen erfolgen.

  

  

Rezensionen der Inauguraldissertation

Jung verfasste neben dem für die Promotion notwendigen Lebenslauf [7] die dazu gehörende Disser­ta­ti­on mit den meist unbekannten Widmungen unter dem Titel:

SPECIMEN | DE | HISTORIA MARTIS [8] | NASSOVICO - SIEGENENSIS | QUOD | DEO SOLO PRÆSIDE | CONSENTIENTE | GRATIOSISSIMA FACULTATE MEDICA | ARGENTORATENSI | PRO LICENTIA | GRADUM DOCTORIS | LEGITIME CAPESSENDI | H. L. Q. C. [9] | SOLEMNITER DEFENDET | JOHANNES HENRICUS JUNG | MONTANO - RONSDORFFIENSIS | DIE XXIV. MARTII MDCCLXXII. | = | ARGENTORATI | Typis JOH. HENRICI HEITZII Universitatis Typographi.

 

   

Widmung 1

Widmung 2

   

Widmung 3

Widmung 4

 

SERENISSIMO | PRINCIPI AC DOMINO | DOMINO | CAROLO THEODORO [10] | COMITI PALATINO AD RHENUM | S. R. I. [11] ARCHITHESAURARIO | ET GERMANIÆ ELECTORI &c. | QUEM uti TOT ET TANTA | AD MENTEM INGENIUMQUE CIVIUM | VERI BONIQUE NON MAGIS QUAM PULCHRI | SENSU ET AMORE IMBUENDUM | ACCOMODATISSIMA | IMMORTALIA OPERA | BONARUM LITERARUM ARTIUMQUE | AD HUMANITATEM PERTINENTIUM OMNIUM | AMANTISSIMUM | AD OMNEM POSTERITATEM | UNO | CUM ACADEMIA SCIENTIARUM AB IPSO FUNDATA | ORE LOQUUNTUR

 

ITA AD CORPUS VITAM SANITATEMQUE | EORUM TUENDAM | APOLLINEAE ARTIS IMPRIMIS STATOREM | PRÆDICAT THEATRUM ANATO | MICUM | CUM CHIRURGICA ET OBSTETRICIA SCHOLIS | IPSIUS | JUSSU APERTIS | DEMONSTRAT INSTITUTUS BOTANICUS HORTUS | ET AMPLISSIMUS AD NATURALEM HISTORIAM APPARATUS | EX UTROQUE PATRIAE PATRI | PRIMITIAS STUDIORUM | DEVOTA MENTE | D. D. D. [12] | JOHANNES HENRICUS JUNG. [13]

 

Dem | Hochedlen Herrn | Herrn | Peter Heyder | Kauf = und Handelsmann zu Ronsdorf | wie auch | der Hochedlen Frauen | Frauen | Maria Magdalena | Heyders | gebohrnen | Schaarwächters| meinen zärtlichsten und verehrungswürdigsten | Schwieger = Eltern

 

Endlich auch | der theuresten Gespielin | meiner zukünftigen Stunden | der | zärtlichsten Gattin | Christina Catharina Jung | gebohrnen Heyders | meiner | unschätzbaresten Ehe = Freundin | widmet | diese Doctoral = Abhandlung | aus dem zärtlichsten und ergebensten Herzen | Johann Heinrich Jung.

 

Eine knappe Anzeige findet sich im Februar 1773 in den

« Observations | et | Mémoires | sur | la Physique, sur l’histoire  naturelle | et sur les arts et métiers : ( avec des planches en taille-douce ; | dédié | a Mr. Le Comte d’Artois, | Par M. l’Abbé Rozier, Chevalier de l’èglise de Lyon, de l’Académie | Royal des Sciences, Beaux Arts & Belles-Lettres de Lyon, de Villefranche, | de Dijon, de la Société Impériale de Physique & de Botanique de Florence, &c. | ancien Directeur de l’École Royale de Médecine Vétérinaire de Lyon. | Tome Premier. | - | Fevrier. | - | [Vignette] | A Paris, | Hôtel de Thou, rue des Poitevins. | = | M. DCC. LXXIII. [1773] | Avec privilège du Roi. » [14]

 

 

 

 

 

Abbildung 7: Titelblatt

Abbildung 8: Text der „Observations“

 

Hier heißt es wertend:

« Specimen de Historia Martis Nassovico Siegenensis, par J. H. Jung, | 1 vol. in-4. 1772. A Strasbourg, chez Heitz. Cet Ouvrage n’est qu’un | foible [sic ; = faible = schwach, mittelmäßig] essai d’un autre beaucoup plus étendu, auquel l’Auteur travaille | actuellement. Il contient beaucoup de vues neuves, & fait désirer la | suite que M. Jung ne tardera pas à publier. »

 


   

Eine das Wesentliche der Jungschen Arbeit vorlegende Anzeige war dieser Notiz schon im Oktober 1772 vorausgegangen und findet sich in dem « Journal des sçavans » [15].

   

Abbildung 9: Titelblatt des Journals

Abbildung 10: Text S.7600

 

Der Text dieser Anzeige lautet:

„Le

Journal

des

Sçavans,

pour

L’année M. DCC. LXXII.

Octobre.

[Vignette]

A Paris,

Chez Lacombe, Libraire, rue Christine.

=

M. DCC. LXXII.

Avec Privilège du Roi. »

 

[… Hefttitel wie oben Abbildung 9: Titelblatt des Journals ; … S. 700 :]

„ALSACE.

Strasbourg.

Specimen de historiâ Martis Nassorico-Siegenensis , [sic] Auctore Joanne Henrico Jung, Argentorati, Typis Jo. Henrici Heitzii Universitatis Typographi, 1772. in-4°. de 52 pages.

M. Jung ne présente cette Dissertation sur les mines de fer du Pays de Nassau-Siegen , que comme un essai & un échantillon d’un Ouvrage beaucoup plus étendu qu’il se propose de publier sur le même objet. Voici les corollaires qu’il tire des-à-présent de ses obervations & de la Doctrine qu’il a établie dans ce premier Ouvrage que nous annonçons.

1°. Comme la mine de fer blanche, fondue sans aucune addition à travers les charbons, fournit un métal qui, fondu seulement une seconde fois de la même manière, se trouve être un bon acier , il s’en suit que cette mine de fer blanche est une vrai mine d’acier.

2°. Il y a donc de l’acier qu’on peut nommer naturel.

3° Cet acier naturel ne peut jamais se convertir en fer ; il perd, à la vérité, sa dureté lorsqu’on le fait rougir à plusiers reprises ; mais il n’acquiert jamais la tenacité naturelle du fer ; au contraire , il devient comme friable.

4°. Cet acier naturel reprend toute sa dureté & redevient excellent acier sans autre secours que celui d’une nouvelle trempe dans l’eau.

5°. La rouille que contracte cet acier naturel est beaucoup plus fine que celle du fer , ce qui fait juger que sa terre est beaucoup moins grossière.

6°. Il y a certainement de la différence entre l’acier naturel & le fer ; mais cette différence dépend de la composition & non de l’aggrégation de ces corps ; et n’empêche point qu’ils ne soient des métaux fort analogues.

7°. La différence qu’il y a entre le fer & l’acier naturel vient de la nature & n’est point dûe à l’art.

8°. On peut donner, à la vérité, au fer les propriétés de l’acier , ce qui fait par les moyen du principe inflammable & d’une certaine substance saline : mais ces matières n’entrent que dans l’aggrégation de cet acier artificiel , & non dans sa mixtion ou composition.

9°. En faisant rougir à plusieurs reprises l’acier artificiel, on peut le remettre dans son état primitif de simple fer.

10°. Le fer de Siegen, quoique de la meilleure qualité , ne peut jamais être converti en acier par la cementation.

11°. L’acier artificiel n’acquiert jamais completement toutes les qualités de l’acier naturel.

Il y a dans cette Dissertation beaucoup de choses neuves & intéressantes , comme on peut juger par les propositions que nous avons traduites : elles sont bien propres à faire desirer la publication de l’Ouvrage plus étendu que M. Jung promet sur les mêmes objets.

Im folgenden November 1772 wird diese Anzeige in der Amsterdamer Monatsausgabe von Marc-Michel Rey wiederholt [16]:

   

Abbildung 11: Titel der Amsterdamer Ausgabe

Abbildung 12: Text der Amsterdamer Ausgabe

  

  

Die Aufsätze in den „Bemerkungen“ der Lauterer Gesellschaft

Allgemein wurde mitgeteilt, be- und anerkannt, dass Jung-Stilling seine Lehrtätigkeit in Lautern aufgenommen hatte. Die „Frankfurter gelehrte[n] Anzeigen. / Nro. LXXXIV. u. LXXXV. / - / Den 20. u. 23. Okt. 1778.“ vermelden nur knapp: „Der berühmte Herr Doktor Jung zu Elberfeld geht als Professor der Cameralwissenschaften nach Lautern.“ Die „Gothaische / gelehrte Zeitungen / Vier und achtzigstes Stück, / den ein und zwanzigsten Oktober 1778.“ sind da etwas ausführlicher. [17] In Frankreich wird dies natürlich auch bekannt. So liest man z. B. S.  95 und 101 in:

„Description de ce qu'il y a d'interessant et de curieux dans la résidence de Mannheim et les villes principales du Palatinat. [Vignette] = Mannheim, aux dépens de la nouvelle Librairie de la Cour [d. i. Löfler] & de l’Academie, 1781.“

 

   

« Mr. Jean-Henri Jung, professeur ordin. & public d’économie rurale, technologie, du commerce & de l’art de traiter le bétail malade ; membre ordin, dela société économique. »

„Bien-de-campagne à Siegelbach.

Il fut acheté en 1772, mais mis en culture en 1774, & destiné à executer en gros ce qui avoit été proposé par la société dans ses écrits. Mr. le profess. Jung en a l’inspection."

Mit dem Gut Siegelbach [18] ist ein Bereich in Jung-Stillings Vita genannt, der einer eigenen Unter­su­chung bedarf. [19]

Im März rezensierte « L’ésprit | des  Journaux » [20] die

Bemerkungen des [sic] kuhrpfaelzischen physicalisch-oeconomischen gesellschaft vom jahre 1775. Mémoires de la société de physique-économique de Lautern, pour l’année 1775. A Lautern, de l’imprimerie de la société. 1779. In 8vo. de 290 pag. Idem pour l’année 1776. – Pour 1777. – Pour 1778. – Pour 1779. En tout 5 vol. in 8vo.

[…] S. 90: …]

IVe. MÉM. OU considérations politiques & économiques, à l’occasion de l’avantage qu’on retire des bois dans le pays de ‘Nassau-Siegen; par M. Jung. Le grand-pere de M. Jung étoit un honnête charbonnier, qui a élevé ses enfans dans la même profession. L’auteur, son petit-fils, a lui-même souvent mis la main à ce travail jusqu’à l’âge de vingt-deux ans, & il en a observé les méthodes ainsi que la pratique de la culture des bois: c’est de quoi se faire croire, lorsqu’il en parle. L’excessive consommation de bois plus que triple de ce qu’elle étoit il y a trois siecles, attire par tout l’attention. Les ordonnances y ont peu remédié. En vain aussi [S. 91 :] on représente au paysan qu’il lui seroit avantageux de se servir de tourbe ou de charbon de terre. Il épie l’éloignement du garde, va couper son chauffage à la forêt, & rit de l’ignorance de ceux qui écrivent dans leurs cabinets que le charbon de terre lui coûteroit moins que le bois. Son intérêt & l’exemple sont seuls capables de l’amener au point desiré. C’est ce qu’on a fait dans la principauté de Siegen.

Il y a trois siecles qu’elle n’avoit pas le tiers des habitans d’aujourd’hui: ses bois étoient des repaires de brigands: deux paroisses de village & la capitale compoloient tout l’état. Le seul comté de Nassau produit maintenant plus de revenu qu’autrefois toute la principauté. On n’y connoissoit d’autre moyen de subsister que l’agriculture & le bétail; lorsqu’on y découvrit des mines inépuisables de fer, d’acier, d’argent, de cuivre & de plomb. La passion de devenir riche, cette mere de l’industrie, s’empara des ames. Quoique les jurisconsultes enseignent que les mines appartiennent aux seigneurs, le prince bien conseillé les laissa aux habitans, se contentant d’en avoir la dixme. Cette sagesse a été la cause de la prospérité des sujets. Si les mines eussent été enveloppées dans les droits régaliens, peu auraient voulu les exploiter. On fouilla par-tout, & il accourut une foule d’ouvriers étrangers, charbonniers, mineurs, fondeurs, avec toute leur suite. Il fallut arracher des bois pour leur procurer des terres labourables, des prés & des jardins. [S. 92:]

Les vallées devinrent des champs fertiles: les villages se multiplierent; on leur assigna des bois en commun. Bientôt la disette de bois se fit pressentir ; la récolte des grains ne suffit plus, & l’argent manquoit pour en tirer de la Wettéravie & du Bas-Rhin. On remédia à cet inconvénient en partageant dans chaque district en seize parties le terrein commun planté de bois; de maniere que tous les seize ans on en cultivoit une en seigle ou en bled, d’une façon particuliere & pénible, après en avoir arraché le bois. La moisson fut abondante & le bois pullula & grossit extraordinairement pendant les seize années suivantes. Cette méthode de varier la culture alternativement en grain & en bois, a produit dans le pays de Siegen de si heureux effets, que tous s’y nourrissent bien en travaillant, & que nulle part au monde on ne voit moins de mendians, même secrets: mais aussi on n’y rencontre personne de fort opulent. Encore un moyen suivi dans le Siegen pour augmenter l’aisance & la population, consiste à partager les biens autant qu’il est possible. Un paysan en mariant ses enfans leur donne à tous la faculté de se nourrir facilement par le travail; & les terres sont d’autant mieux cultivées que plus de bras y font employés avec un intérêt aussi vif que celui d’entretenir commodément sa maison.

Im April 1781 erschien eine Sammelrezension der Jahrgänge 1776 bis 1781 der „Bemerkungen  der  Kuhrpfälzischen  physikalisch=ökonomischen Gesellschaft“. In diesen „Bemerkungen“ hatte auch Jung-Stilling publiziert, und so werden seine Beiträge ebenfalls dem Publikum vorgestellt in

« L’ésprit | des  Journaux, | françois et étrangers. | Par une société de gens-de-lettres. | = | Avril, 1781. | = | Tome IV. | Dicieme Année. | [Vignette] | De l’Imprimerie du Journal. | = | Avec Privilege. » [21]

   

Abbildung 13: L’ésprit | des  Journaux

Abbildung 14: Titel Handlungsgenie

Es sind dies in den „Bemerkungen“ die Aufsätze 1776/1779

S. 3-64: „Anmerkungen  über das  Handlungs=Genie.  Von  Johann Heinrich Jung.“

sowie

S. 257-371: „Beschreibung  der  Nassau=Siegenschen Methode  Kohlen zu brennen  mit physischen Anmerkungen begleitet  Von  Johann Heinrich Jung.  -  Vorbericht.“

und 1777/1779

ebd. S. 160-225. „Geschichte  des  Nassau=Siegenschen  Stahl= und Eisengewerbes.  Von  Johann Heinrich Jung.“

Endlich 1779/1781

ebd. S. 287-347: „Landwirthschaftliche  Geschichte  einiger  niederländischen Provinzen.  Von  D. J. H. Jung.  -“

Besonders umfangreich wird in dem französischen Werk « le génie du commerce », das Handlungs-Genie Clarenbach [22] vorgestellt. Hier liest man in der Rezension:

« Bemerkungen der kuhr­pfaelzischen physikalisch-oekonomischen gesell­schaft, &c. Mémoires de la société palatine de physi­que économique, pour les années 1776, 1777, 1778 & 1779. A Lautern, de l’imprimerie de la société. 1779-1781. 4 vol. in-8vo.

L’année 1776 contient six mémoires. Le Ier. Sur le génie du commerce, est de M. Jung. A l’ombre de ce titre, l’auteur fait l’éloge bien mérité d’un homme utile, dont il préfere l’exemple à tous les préceptes. Cet homme du duché de Berg, dont la nombreuse postérité y florit, s’appelloit Claren­bach. Cordonnier dans sa jeunesse, il avoit sa de­meure à une demi-lieue de Remscheid, sur le chemin qui y conduit de Siegen, en sorte que tous les voituriers qui transportoient du fer ou de l’acier de Siegen à Rem­scheid, passoient devant sa maison: ce qui lui donna occasion d’apprendre les prix des fers à Remscheid, quand ils étoient chers, & quand à bon marché. Sur cette connoissance, il con­çut le dessein de se procu­rer une meilleure fortune que celle de son métier; mais ne voulant point s’as­so­cier, il épargna peu-à-peu du produit de son travail autant qu’il falloit pour acheter une charretée de fer, pendant qu’il étoit à bon marché, attendant qu’il fût cher à Remscheid pour l’y [S. 177 :] vendre. Cette maxime de commerce aussi sûre qu’elle est simple, est plus difficile qu’on ne pense à réduire en pratique: elle exige une sagacité qui pénetre dans l’avenir. Clarenbach en étoit doué, & il y joignoit un secret profond qui empêchoit de le prévenir & de le traverser. D’ailleurs il n’achetoit qu’avec son propre argent: moyen infaillible de se préserver du malheur de faire banqueroute. Vivant sobrement avec fa femme & ses enfans, il eut bientôt augmenté son capital. Le luxe & les excès sont la mort du commerce; comme le travail, la crainte de Dieu & la modestie en sont l’ame. La modération dans le gain y est aussi essentielle. Un marchand avare attend trop long-tems à acheter, & ne vend jamais à propos: il veut toujours trop gagner. Le hasard dont il fut profiter, augmenta considérablement sa fortune, en lui offrant le moyen d’acquérir une puissante protection. Il avoit coutume de fréquenter l’église de Remscheid, & de s’arrêter dans une maison voisine avec des marchands & des ouvriers pour y apprendre ce qui se passoit. Un jour il y rencontra un conseiller des finances de Nassau-Siegen qui tâchoit de négocier avec les marchands un emprunt de quelques milliers d’écus pour son prince qui offroit d’hypothéquer une forge aux prêteurs, & de leur livrer le fer qui en proviendrait jusqu’à leur entier remboursement du capital & des intérêts. Les marchands de Remscheid, persuadés que le pays de Siegen ne se pouvoit passer d’eux, & qu’il falloit néces- [S. 178:] sairement qu’il y envoyât son fer, ne jugèrent pas à propos de confier leur argent, & ils se retirerent sans rien conclure. Alors Clarenbach qui étoit resté jusque-là assis dans un coin, s’approcha du conseiller, & lui recommandant le secret, il proposa de délivrer le lendemain la somme dont il avoit besoin. L’offre agréée, Clarenbach alla trouver les marchands à qui il avoit eu affaire par le passé, qui tous avoient éprouvé sa fidélité à garder sa parole & son exactitude dans les payemens. Leur ayant représenté en général, comme il étoit vrai, qu’il avoit occasion de faire un commerce avantageux, s’il étoit aidé d’argent, il emprunta de dix d’eux à chacun environ quatre à cinq cens écus pour un an, & il envoya la somme au prince qui s’obligea de lui livrer ses fers jusqu’à payement. Aussi-tôt il construisit un spaciéux magasin, qu’il remplit en peu de tems des fers hypothéqués, dont il eut un débit avantageux ; & n’ayant pas tardé de payer ses créanciers, il lui resta encore un assez gros gain. Le prince l’affectionna, & le faisant son marchand, il fît porter chez lui par prédilection les dixmes de fer & d’acier.

Cependant Clarenbach observant que cette branche de commerce en dixmes étoit trop dépendante pour appuyer sur elle la subsistance de ses enfans, il pensa à former un établissement plus certain avec ce qu’il avoit acquis. Dans cette idée, il examina quel genre de fabrique de fer étoit le moins cultivé, & portant ses regards sur toutes les parties du com- [S. 179 :] merce, il lui parut qu’avec deux forges il pourroit préparer des fers propres à la construction & à la réparation des vaisseaux dans les Pays-Bas. Frappé de cette pensée dont il ne fit part à personne, il partit à pied pour la Hollande & en visita tous les ports & chantiers. La modicité de son équipage ne lui attira point le dédain à Edam & à Seerdam, où l’on fait qu’un paysan qui a des monceaux de ducats, va habillé en gros drap de matelot. Là il vit quelle immense quantité de verges & de bandes de fer y étoit employée; & il apprit qu’on tiroit cette serrure de Suede, qu’elle étoit trop molle pour l’usage de la mer, & qu’on n’en avoit pas assez. Le fer de Nassau-Siegen étant plus dur & plus acéré, il fut certain qu’il obtiendroit la préférence, sur-tout dès qu’il pouvoit le vendre à meilleur marché que le Suédois, & qu’à la faveur de la proximité du Rhin il le pouvoit distribuer aisément dans tous les ports de Hollande. Il revint d’Hollande sans qu’on se fût douté du lieu & du but de son voyage. Le secret étoit sa vertu: par-là il prévenoit les obstacles.

A son retour, son premier soin fut de choisir un emplacement le plus près du Rhin qu’il fut possible, sans s’éloigner des lieux où le fer & le charbon seroient au plus bas prix. Il falloit aussi qu’il y eût assez d’eau pour mouvoir des moulins. Une langue de terre à deux lieues de Remscheid, arrosée par la Vupper [Wupper], avoit ces commodités, & de plus l’avantage d’être sur la route de Siegen à Remscheid, [S. 180 :] mais plus près de Siegen; tellement qu’il épârgnoit un septieme sur les frais de voiture du fer, & deux cinquiemes sur ceux aussi de la voiture du charbon de terre, dont la mine étoit de deux lieues moins éloignée. Il acheta pour peu de chose ce lieu inculte & inhabité, qui lui auroit coûté bien davantage, s’il eût divulgué ses projets. Il y conduisit des maçons ; des charpentiers & des manœuvres, pour y creuser des fosses, élever des murailles, & tailler des bois, sans qu’ils fussent à quoi tout cela aboutiroit. Il présidoit à leurs ouvrages, & leur commandoit ainsi: Faites un fossé qui ait tant de largeur, de longueur & de profondeur: Taillez cette solive ou cette pierre dans telles dimensions. Si la curiosité les portoit à lui demander ce qu’il prétendoit faire: Je vous paie, leur répondoit-il, pour faire l’ouvrage que je desire, & non pas pour me faire ces questions. De l’assemblage de ces travaux, il résulta bientôt une maison, un jardin, & trois ou quatre martinets, avec lesquels Clarenbach fit forger des fers pour les vaisseaux. Un second voyage en Hollande, lui fournit des com­missions.

Voilà l’origine de la célebre fabrique de Kraehwinkler-Bruck, comme on l’appelle. Tout le pays d’alentour devint bientôt peuplé d’ouvriers, de voituriers, & florissant comme un paradis: ensorte que le long de la Vupper, dans un circuit de’ trois lieues, on compte aujourd’hui environ quarante martinets occupés aux serrures pour les vais­seaux. L’exemple [S. 181 :] du succès de Clarenbach, a engendré tant d’industrie, & l’abondance à sa suite. Il a eu six fils & une fille. Les garçons ont fait leur tems d’apprentissage comme les moindres ouvriers, sans se distinguer par la forme des habits, mais seulement par plus de propreté, d’intelligence & d’applica­tion. Il fut long-tems sans quitter l’exercice de son métier de cordonnier, afin d’affoiblir l’envie. Il ne souffroit point que ses enfans se poudrassent & s’habillas­sent à la françoise. L’éducation qu’il leur donnoit; consistoit à leur apprendre à bien lire, écrire & compter; avec les élémens de la religion & sa profession. Il en reste encore deux fils vivais, qui sont déja fort âgés. M. Jung tient ces détails d’un marchand, nommé M. Flender, riche fabricant, fils de la fille de Clarenbach.

II. De la culture des terres au village de Handschuchsheim; par M. Gugenmus. […]. […]

III. De l’état de l’agriculture à Weilerbach; par M. Born. […] […]

IV. Recherches sur le traff & la pierre-ponce, par M. Flad. […]. [..]

V. De la culture des oranges douces, par M. Medicus. […]. [… S. 190 : …]

VI. Description de la maniere de faire du charbon de bois dans le pays de Nassau-Siegen, accompagnée d’observations physiques, par M. Jung. Depuis qu’on ne cesse point de publier des descriptions d’arts & de métiers, l’expérience le démontre que trop qu’il eût été nécessaire que plusieurs auteurs de ces descriptions eussent produit leurs lettres de créance, pour faire connoître s’ils ont été témoins oculaires des procédés qu’ils rapportent, & quel dégré de croyance leur est dû. Avant d’écrire M. Jung se légitime en nous informant qu’il est né d’une ancienne famille de charbonniers à Im-Grund, hameau de la paroisse de Hilgenbach, dans la principauté de Nassau-Siegen, au pied de la chaîne de montagnes couvertes de bois qui la séparent des comtés de Wittgenstein & Berlenbourg. Ainsi le lecteur raisonnable peut juger qu’il a vu long tems pratiquer sous les yeux ce qu’il décrit avec un plein souvenir. [S. 191 :]

Il s’étoît aussi proposé de publier un grand ouvrage sur le commerce de fer & d’acier avec toutes ses branches, comme la fonderie, la forge & les petites fabriques du Siegen, du Berg & du La Mark. M. Lamey lui a conceillé de l’écrire en latin; mais ses occupations ne lui ayant pas permis de l’achever, il montre au public une partie de ses matériaux encore brutes dans les Mémoires de la société de Lautern de cette année & des suivantes.

Il est bon d’avoir long-tems pratiqué & suivi les arts qu’on se propose de décrire. Un académicien qui, dans un voyage, se contente de s’en entretenir avec des paysans & des ouvriers, est sujet à en être la dupe. Ils ne lui confieront pas ordinairement leurs secrets. Ces gens ont une antipathie naturelle contre quiconque vit de son bien. Ils le considerent comme un fainéant qu’ils sont obligés d’entretenir.

M. Jung, un peu révolté contre les journalistes superficiels, ne veut soumettre ses travaux qu’au jugement des hommes qui ont de la pénétration & des connoissances. Après avoir dit modestement qu’il a été tailleur d’habits, arpenteur, précepteur, il prévient qu’il fait le grec, le latin, les mathématiques, & qu’il a passé docteur à Strasbourg. Nous ne nous atribuerons point la compétence de le juger, mais nous nous permettrons peut être dans la suite de donner place dans ce journal à une partie de sa description pour la laisser comparer à l’art du charbonnier de M. Duhamel du Monceau. [S. 192 : … S. 194 : …]

[…]

IV. & V. sont l’Histoire des fabriques de fer; d’acier, d’osemonde & du fil de fer ; par M. Jung. Il appelle osemonde le fer dont on peut faire le fil le plus fin & le fer blanc le plus mince. Tout cela nous meneroit trop loin aujourd’hui ; sauf à y revenir. […]

[… S. 197: …]

IV. Observations économiques de M. Jung, sur les forges de fer & d’acier du pays de Nassau-Siegen, &c. C’est une suite aux mémoires qu’il a fournis l’année précédente, & un avant-goût donné au public du grand ouvrage qu’il promet, si la providence lui en accorde le loisir. [… S. 199 : …]

[…]

V. Mémoire sur l’économie rurale de quelques provinces de la basse Allemagne; par M. Jung. L’auteur suspend cette fois ses travaux métalliques pour examiner l’état champêtre, premiérement du Siegen, où il a séjourné & voyagé. Toute l’économie en est bien entendue, suivant la nature du terrain qui ne produit que du seigle dont le paysan se contente: mais il n’en a que jusqu’aux environs de la pentecôte; & delà jusqu’à la moisson, il est obligé de se pourvoir en Vétéravie. Le pays n’est donc pas assez fertile, ou il a trop d’habitans, ou il manque un degré de perfection à sa culture. Il est vrai que l’industrie, sur-tout les forges, suppléent aux besoins. Néanmoins M. Jung pense que la culture du trefle & d’autres conseils qu’il donne le conduiroient a se passer des ressources étrangeres. Qu’il nous soit permis de le dire: y trouveroit-il son avantage! Il est assez florissant pour son bonheur & pour bénir le regne [S. 200 :] du prince Stathouder des Provinces-Unies son souverain. Il suffit d’être heureux.

Le duché de Westphalie contraste singuliérement avec le Siegen, en offrant le spectacle de communes immenses sans utilité, de marécages, de bruyères & de genetieres sans fin, avec quelques misérables hutes de paysans & quelques pauvres villes & villages. Tout y marque le défaut de culture & d’industrie. Ce duché, six fois grand comme le Siegen, rapporte à peine autant. Comment exciter l’amour du travail! ce n’est pas par des exhortations abstraites à des esprits grossiers. Il faudroit leur représenter souvent combien il seroit avantageux pour eux de manger du pain de seigle au lieu d’orge, de boire de la bierre au lieu d’eau, d’entretenir & de marier leurs enfans: que pour y parvenir il n’y a qu’à dessécher les marais, arracher les brossailles. Enfin il faudroit leur lire très-fréquemment une instruction à leur portée.

Le comté de la Mark, quoiqu’appartenant au roi de Prusse, n’est guere moins ingrat que le duché de Westphalie, domaine de l’électeur de Cologne. Le monarque a ses raisons d’y favoriser les manufactures préférablement à l’agriculture. Cependant la crainte des enrôlemens militaires en expatrie trois fois plus de jeunesse qu’on n’en peut faire de soldats. Le comté de Berg leur offre un asyle voisin. Depuis cinquante ans il s’y est formé des églissentieres d’habitans réfugiés de la Mark qui font luthériens. Auparavant il n’y avoit pas [S. 201 :] dans le pays, qui est réformé, un seul luthérien. Plus de trois mille familles sont venues se mettre a l’abri des enrôlements forcé dans les états fortunés de l’électeur palatin. Quelle perte pour l’agriculture ! le remède n’est pas entre les mains des hommes ordinaires. Mais la stagnation de l’agriculture peut cesser par des exemples.

Le comté de Berg a ses troupeaux de gros bétail sur un très bon pied, mais sa partie témoignée du Rhin manque de grains ; M. Jung donne ses avis locaux. Il paroît qu’en les suivant on s’y procureroit au moins de seigle, non seulement pour sa consommation, mais encore pour en vendre aux Hollandais. »

 

Im Dezember des Jahres berichtete dieselbe Zeitschrift [23] über Jungs Rede über Johann Daniel Flad [24] und über den Aufsatz zur Löffelmanufaktur in Helberhausen. [25]

XIII.

Société économique de Lautern.

[… - S. 305 :]

Le même jour, 11 de decembre, M. le professeur Jung a lu l’éloge de feu M. Flad, & M. le professeur Wund celui de feu M. Herzogenrath.

Jean Daniel Flad, conseiller effectif du gouvernement de l’électeur Palatin, garde des archives de l’académie des sciences de Manheim & membre de la société économique de Lautern, naquit à Heidelberg en 1718 de Frédéric-Reinhard Flad, conseiller de la cour ecclésiastique & matrimoniale de Heidelberg, & d’Albertine-Marie Ulimaennin, fille d’un premier commissaire du cercle du Haut-Rhin. Jean- Laurent Flad, un des aïeux paternels de. M. Flad, vivoit en 1469, bailli à Creuznach. Jean Daniel fut livré à lui-même dès l’âge de douze ans, qu’il perdit son pere. Quoiqu’il fît de bonne-heure les délices de l’étude de l’histoire, la perspective de se procurer un état certain à la faveur de la jurisprudence, le porta à s’y appliquer. Il ne négligea pas en mêmetems l’histoire, & en 1752, il publia à Heidelberg, avec les lettres initiales de son nom, un mémoire sur une ancienne monnoie sans inscription, qu’il prétend représenter trois anciennes divinités allemandes, Odin, Thor & Freya. L’académie des sciences de Goettingen ayant proposé il y a quelques années d’examiner l’antiquité & l’origine de notre papier, comme aussi les insectes qui attaquent la reliure des livres, il remporta le prix sur la premiere question, & l’accessit sur la seconde. Son mémoire sur la chaleur & la froideur de la terre, [S. 306:] inséré dans le recueil de Carlsrouhe de 1758, est un monument de ses connoissances physiques. Quoiqu’il ait été des premiers membres de la société économique dès sa fondation, ses emplois ne lui ont pas beaucoup permis d’apporter dans ses mémoires une forte contribution: cependant ceux de 1776 contiennent des recherches de sa façon sur l’utilité du trass & de la pierre-ponce pour bâtir dans l’eau. Ses travaux ordinaires l’ayant épuisé, il est mort âgé de 62 ans le 19 de septembre 1779.

J. K. Herzogenrath, conseiller ecclésiastique de l’électeur, […].

[… S. 308:]

A l’occasion de la fête de l’électrice, M. Jung a raconté l’histoire de la manufacture de cuillers de bois d’Helberhausen, village de la principauté de Nassau-Siegen.

Klaus, Helmer & Preiss, tous trois pâtres de ce village, ennuyés de ne faire que regar- [S. 309:] der leur bétail dans la campagne, ils s’aviserent en 1690 de travailler à des cuillers de bois sec d’érable. D’abord ils n’en achevoient pas plus d’une par jour qu’ils vendoient seulement un demi-kreutzer ou environ deux liards. Nonseulement la modicité du gain ne les rebuta point; mais quand ils se furent perfectionnés, ils eurent la magnanimité d’apprendre leur talent à leurs camarades, & de former autour d’eux une espece de manufacture d’environ quarante ouvriers en cuillers de bois. Ils étoient obligés de tirer leur bois d’assez loin, parce que dans le Siegen on l’épargnoit pour les forges. Cependant une charretée de bois d’érable ne leur coûtoit encore qu’un florin d’Empire. C’étoit assez pour faire deux mille cuillers, qui à raison d’un demi-kreutzer chaque, produisoient environ 16 florins de gain net. Leur aptitude étoit augmentée par l’exercice, au point que chaque ouvrier fournissoit soixante cuillers. Ce fut bientôt la tache ordinaire qu’exigea un maître ou pere de famille, abandonnant à les enfans ce qu’ils faisoient de surplus.

En supposant qu’un homme travaille deux cens jours dans l’année, chaque ouvrier en cuillers gagnoit au moins 100 florins par an, & quarante ouvriers 4000 florins. Chaque ouvrier dans les deux cens jours livroit 12000 cuillers, & les quarante ouvriers ensemble 480,000 cuillers par an. Il falloit une charretée d’érable pour 2000 cuillers, & par conséquent 240 charretées par an, dont la valeur étant déduite des 4000 florins, prix des cuil [S. 310 :] lers, il reste 3760 florins qui entroient extraordinairement tous les ans dans le petit village d’Helberhausen à la faveur de cette nouvelle industrie. Les débouchés ne manquerent pas. Il en partit bientôt des charges de cheval pour Cologne & de-là pour la Hollande & les Indes-occidentales. Le nombre des ouvriers étant monté à quatre-vingts, il s’est soutenu sans augmenter ni diminuer pendant quarante ans; mais la provision de bois d’érable étranger ayant commencé à manquer, il a fallu obtenir du gouvernement la permission d’employer l’érable du pays, qui manquant aussi, ils sont réduits à se servir de bouleau dont l’ouvrage est inférieur, & la charge de cheval leur coûte néanmoins deux florins & demi, quoiqu’ils n’en puissent faire que 1500 cuillers. Les quatre-vingts ouvriers fournissent par an au moins 960.000 cuillers avec 640 charges de bouleau qu’ils achetent 1493 florins. Les cuillers vendues 8000 florins, il n’en reste par conséquent que 6507 de gain net. Malgré cette diminution les ouvriers sont encore heureux. Ce qu’ils peuvent faire après leur tâche suffit pour des adoucissemens qu’ils se procurent par la diligence & l’économie, vertus qui manquent a plusieurs fabricans en plus d’un pays, même en Hollande, ce qui fait pressentir à beaucoup de ces honnêtes républicains la ruine de la république. Lorsque Pierre-le-Grand y séjournoit on voyait encore des Hollandois en fareau de toile, remplir des tonneaux avec des ducats, au-lieu qu’aujourd’hui les coffres sont [S. 311:] vuides à proportion qu’on porte de plus beaux habits, & qu’on se traite en princes. Pour qu’un pays soit heureux, il faut que le faste & la dépense en soient bannis, & que le travail & l’économie y étant considérés comme des vertus, on honore non celui qui fait parade de belles paroles & de beaux habits, mais celui qui mene la vie la plus laborieuse & la plus utile, & qui par son industrie, procure à l’état un gain net, n’importe que ce soit en faisant des cuillers de bois ou en travaillant sur l’or & l’argent. On ne voit que trop de gens à qui l’argent ne manque pas pour leurs débauches, mais qui en manquent & sont obligés d’en prendre à huit & plus pour cent, quand vient le tems des achats.

Malheureusement le village florissant d’Helberhausen est menacé de sa ruine par le défaut de bois d’érable. C’est la faute du gouvernement. Le bois ne croît pas aussi promptement qu’on le consume. Une bonne législation a dû pourvoir d’avance à un remplacement & à l’entretien des bois qui sont la matiere du travail d’un grand nombre d’ouvriers. Le village d’Otterberg est un exemple des inconvéniens du dépérissement & de l’anéantissement des bois. A peine se souvient-on aujourd’hui qu’il était devenu opulent en fabricant des assiettes de bois. Des vignobles souvent stériles, & des brossailles occupent la place où jadis furent les plus beaux arbres. Les gardes des bois regardent la chasse comme leur principal objet. Ils ignorent l’économie fores- [S. 312:] tiere, & ont plus d’intérêt à détruire qu’a planter & entretenir.

L’électeur Charles-Théodore s’est proposé de remédier à ce mal en faisant enseigner l’économie forestiere dans les écoles de Lautern. C’est M. Jung qui est chargé de cet enseignement dont il s’acquitte avec succès.

  

  

Die Gedächtnisrede auf Pollich [26]

Im Oktober 1780 erschien ebenfalls in der Zeitschrift „L’esprit des journeaux“ [27] eine Besprechung der am 10. Mai des Jahres vorgetragenen Rede Jung-Stillings:

„Lebensbeschreibung / von / Dr. Johann Adam Pollich, / von / Professor Dr. Jung-Stilling / vorgetragen am 10ten Ostermonate 1780 in der kurfürstlichen / ökonomischen Gesellschaft zu Kaiserslautern.“ [28]

 

 

Abbildung 15: „L’esprit des journeaux“

 

Der „L’esprit des journeaux“ schreibt:

I V.

Société électorale économique de Lautern.’

[…]

Le 10 avril, M. Jung lut la vie de feu M. le docteur Pollich, né à Lautern en 1740, d’un habile médecin, presque octogénaire aujourd’hui , & d’une demoiselle Bettinger, fille du directeur de la chambre des finances de Deux-Ponts, mort le 24 janvier 1780. Son Historia plantarum in Palatinatu electorali sponte nascensium, en 3 vol. in-8vo., perpétuera sa mémoire. II a enrichi la botanique de 27 nouvelles plantes

  

   

Anzeige wissenschaftlicher Werke

   

Abbildung 16 (Abb_26.jpg)

Abbildung 17 (Abb_27.jpg)

 

In diesem Journal [29] erschien nach dem Hinweis in „L’esprit des journeaux“ eine kurze Anzeige von Jungs

„Versuch / einer / Grundlehre / sämmtlicher / Kameralwissenschaften / - [35 mm]/ zum Gebrauche / der Vorlesungen auf der Kurpfälzischen / Kameral Hohenschule zu Lautern / - [22 mm] / von Dr. Johann Heinrich Jung, / öffentlichen ordentlichen Lehrer der Landwirth= / schaft, Kunstwirthschaft, Handlungswirth= / schaft und Vieharzneikunde; auch Mitglied / der Kurfürstlichen physikalischen ökonomi= / schen Gesellschaft daselbst. / - [SL 65 mm] / Lautern, / im Verlage der Gesellschaft / 1779.“

mit dem Text:

« Versuch einer grundlehre saemtlicher cameralIwissenschaften [sic], &c. C'est-à-dire, Essai d'un livre élémentaire de toutes les sciences camérales, à l'usage des leçons dans l'université camérale électorale de Lautern. Par M. le docteur Jean-Henri Jung, professeur pub. ord. d'économie rurale, d'économie commerciale, & de médecine vétérinaire. In-8°. A Lautern, 1779. Ce livre, quoiqu'élémentaire & peu étendu, sera, sans contredit, d'une très-grande utilité à tous ceux qui veulent s'initier dans l'art dont il s'agit. Il est divisé en trois parties, dont la premiere est consacrée aux besoins d'un état, aux productions, aux arts, aux manufactures, au commerce, à la tenue des registres. Dans la seconde, l'auteur s'occupe de toutes ces considérations dans leur rapport à un citoyen; & dans la troisieme, des vues politiques relativement à l'état. »

  

  

Zitation in wissenschaftlichen Werken

In dem Werk

„Des Herrn Marquis von Peirouse [30] Mitgliedes der Akademien der Wissenschaften zu Stokholm und Toulouse & Abhandlung über die Eisenbergwerke und Eisenhütten in der Grafschaft Foix. – Aus dem Französischen übersezzet und mit Anmerkungen versehen von D. L. Gustav Karsten [31] […]. Halle, in der Rengerschen Buchhandlung 1789.“ [32]

heißt es S. 142 im Abschnitt „Vom Rösten.“ in der Anm.

„*) […] Im Nassau=Siegenschen, wo noch dazu hohe Oefen sind, röstet man den Späthigen=Eisenstein ebenfalls, so wie die andern dortigen Eisenerze. Herr Hofrath Jung will zwar dieses (in seiner vortrefflichen Geschichte des Nassau=Siegenschen Eisen= und Stahlgewerbes, welche in den Bemerk. der Kurpfälz. ökonom. Gesellschaft vom Jahre 1779. S. 160 bis 225 steht, wie auch in seiner historia Martis Nassovico-Siegenensis Argentorati 1772. §. 4. pag. 19 - 21.) damit entschuldigen, daß jenes genannte Fossil dadurch schmelzbarer gemacht würde. Allein diese Veränderung müste bloß durch die Verflüchtigung des Krystallenwassers und der Luftsäure geschehen. Letztere enthält der Späthige=Eisenstein zwar in grosser Menge […]“.

Weitere Hinweise zu Zitationen usw. sind in den Anmerkungen – z. B. Anm. 25 – dieses Aufsatzes enthalten.

  

  

Der Roman „Florentin et Rosine“ – Florentin von Fahlendorn

Mit dem 22. September 1794 begann das dritte Jahr des neuen französischen Kalenders, [33] und so ist auch die Jahresangabe 1795 sicherlich nicht falsch, in dem das Werk erschien:

[Schmutztitel] FLORENTIN  ET ROSINE [Kupfer, Titel] FLORENTIN  ET  ROSINE  OU  L’ORPHELIN DES VOSGES,  Histoire véritable, traduite de l’allemand  DE STILLING.  Avec figures et gravées par Quéverdo.  PREMIÈRE PARTIE. -  A PARIS, Chez Lepetit, Libraire, quai des Augustines, No. 32;  Dugrit, Libraire, rue de la Révolution, à Niort; Plas-Mame, Libraire, à Tours. [34]  - AN III DE LA RÉPUBLIQUE.     
Kupfer, Titel] FLORENTIN  ET  ROSINE  OU  L’ORPHELIN DES VOSGES,  Histoire véritable, traduite de l’allemand  DE STILLING.  Avec figures et gravées par Quéverdo.  DEUXIEME PARTIE. -  A PARIS, Chez Lepetit, Libraire, quai des Augustines, No. 32;  Dugrit, Libraire, rue de la Révolution, à Niort;  Plas-Mame, Libraire, à Tours.  - AN III DE LA RÉPUBLIQUE. [35]

   

Abbildung 18: Titelei Band 1

Abbildung 19: Titelei Band 2

 

 

   

Abbildung 20: Kupfer zu Bd. 1

Abbildung 21: Kupfer zu Bd. 2

 

Die Kupfer stammen von dem Kupferstecher, Vignettenzeichner und Maler François Marie Isidore Quéverdo [36] und nicht von dessen Sohn Louis Marie Yves Quéverdo. [37]

In einem « EXTRAIT  De catalogue du cit[oyen]. Lepetit, Liraire,  palais du Tribunat , n°. 223 des Galeries  de bois. » findet sich neben anderen Werken dieser Librairie [38] auch dieser Roman angezeigt mit dem Hinweis :

« Il y a beaucoup d’interêt et des situations attachantes dans ce roman. » [39]

 

 

 

 

 

 

Abbildung 22: Titel des Katalogs

Abbildung 23: Text des Katalogs

 

 

 

 

 

 

Abbildung 24: Titel des „Florian“ [40]

Abbildung 25: Titel und Text des Katalogs des Katalogs bei Florian

 

Über die Buchhandlung Lepetit heißt es 1802 :

« Lepetit (J.–J.), Libraire à Paris, quai des Augustins, n° 39 ; sa boutique au Palais du Tribunat, galeries de bois, n° 223.

Il ne fait la Commission qu’à cette condition, qu’on lui prenne à chaque demande au moins pour 100 fr. de ses livres.

Son Fonds est spécialement composé de Romans et de Voyages. On y trouve les articles suivans : OEuvres de Florian, en 15 vol. in-18. – OEuvres de d’Arnaud, en 14 vol. in-18. – Bibliothèque portative des Voyages, en 13 vol. in-18, y compris 2 vol. d’atlas.

Son Assortiment, qui se borne à la Librairie française moderne, s’étend principalement sur les Romans nouveaux, et sur les anciens, en réimpressions ; les Voyages, les Livres élémentaires et de piété. » [41]

So wird für seinen Verlag u. a. genannt:

« Marianne & Charlotte, ou l’Apparence est trompeuse, traduit de l’allemand, de J. F. Junger, trois parties in-12. ornées de figures. Paris, chez Lepetit, libraire, quai des Augustins, n°. 32 « [42]

« Adelson & Salvini, Anecdote Anglaise, ornée de deux figures; par M. d’Arnaud. Hambourg (Paris) 1792. 175 pages in-12. » [43] und

« Lucie & Mélanie, suivie de Clary histoire Anglaise, ornées de quatre Gravures ; par M. d’Arnaud. Hambourg (PAris) 1792. 162 pages petit in-12. » [44]

„Eléonore de Rosalba, ou le Confessiones des pénitens noirs. – Roman traduit de l’anglais d’Anne Radcliffe […] par Mary Gay, 7 vol. avec figures de Quéverdo. Paris, chez le Petit […] & à Genève, chez J. J. Paschoud. » [45]

« La Belle Indienne, ou les Aventures de la petite fille du Grand-Mogul ; trad. de l’anglais par Cor­nélie de Vasse ; ornée de jolies figures. De l’imprimerie de Conort. Deux volumes in-12. Prix, 3 liv. et 4 liv. franc de port. Paris, au Magasin des Romans nouveaux, chez Lepetit, quai des Augustins, n°. 82. » [46]

« Les epoux malheureux, ou l’Histoire de M. & Mme. de ***. Nouvelle édition […] avec figures ; par M. d’Arnaud. Quatre parties, petit in-12. A Paris, chez Lepetit ». [47]

 

Zeitgenössische Bibliographien führen dieses Werk „Florentin et Rosine“ von Jung-Stilling im Format des Einbands von 80 x 132 mm (Satz­spiegel 53 x 94 mm; Kupfer 59 x 97 x 18 mm) von Jung-Stilling auf, jedoch ist es nur in we­ni­gen öf­fent­li­chen Bibliotheken (und in Privatbesitz) er­hal­ten.

In seiner Lebensgeschichte [48] und auch in seinen Briefen und anderen Dokumenten erwähnt Jung-Stil­ling diese Ausgabe nicht; vielleicht hat er auch nie davon erfahren, dass es eine solche Über­set­zung gab.

Der Roman erschien ursprünglich in drei Teilen – die Bände 1 und 2 im Jahr 1781, der dritte Band im Jahre 1783 – mit zusammen 656 Seiten Umfang. [49] Man sieht, wie sehr gekürzt wurde, was jedoch in der Über­set­zung nicht schadet. [50]

Nur die folgende (lobende) Rezen­sion (in franzö­si­scher Sprache) aus dem Jahr 1795 in „L’esprit des journaux“ [51] konn­te bis­her aufgefunden werden. Aber auch sie erklärt nicht die Umwandlung des Textes durch die Einführung von Seymour und Alkmène in Kapitel 7 auf S. 57., zumal Jorinde genannt wird. [52]

 

   

Abbildung 26: „L’esprit des journaux“.

Abbildung 27: Ebd. S. 88.

 

„L’esprit des journaux

FLORENTIN & Rosine, ou l’Orphelin des Vosges, histoire véritable, traduite de l’allemand de STILLING; avec deux figures gravées par QUEVERDO, 2 vol. in-16, chacun d’environ 140 pag. Paris, chez Lepetit, quai des Augustins, n° 32, an 3me.

Ce joli petit roman mérite une place dans la bibliothèque des enfans à qui les pères & mères veulent faire aimer & pratiquer les vertus de leur âge, pour les conduire aux vertus sociales, & par elles au bonheur. Il est bien écrit; le style en est simple & pur comme le sujet. L’intérêt commence à la première page & se soutient jusqu’à la dernière. Tous les personnages y sont ce qu’ils doivent être, & ce qu’on désire qu’ils soient. Ils remplissent le rôle qu’on auroit voulu leur donner à chacun dans l’intervalle qui va se passer depuis la rencontre de deux enfans de 10 ans jusqu’à leur mariage.

A l’époque de ce mariage, Florentin sera riche, on lui aura restitué la terre de ses ancêtres, mais au début il ne se doute pas même qu’il ait des ancêtres, ni qu’ils aient été dans l’aisance. Sa mère, dépouillée, infirme, réduite à mandier, n’a laissé, en mourant, à son fils qu’un havresac & des leçons de vertu. Il sera mandiant, préférera le travail, il sera adopté par de bonnes gens, il sera instruit, protégé, présenté à un seigneur bienfaisant, enrôlé, enlevé, porté en Amérique par des méchans, intéressés à le dépayser; il aime les livres, il est instruit, il mérite la confiance du colon, &c. Rosine & lui se sont jurés un attachement inviolable. Elle a aussi ses aventures; car, en roman, il faut bien que le temps se passe à quelque chose.

Il seroit un peu long de suivre pas à pas ces deux aimables enfans; bornons-nous à faire connoître le ton de l’ouvrage & la manière de l’auteur.

Au chapitre premier, intitulé: les prémices de la sympathie, Florentin arrive, le havresac vuide, près d’un champ de navets.

„Il sentit un grand désir d’en manger; mais sa mère lui avoit défendu de rien dérober. Sur ces entrefaites arrive une petite fille qui menoit en lesse une chèvre, pour lui faire brouter les feuilles des navets. Flor alla vers elle (c’étoit un enfant de son âge); elle le vit s’approcher sans en avoir peur.

Mam’selle, dit-il, je voudrois bien manger quelques navets, mais je n’ose; est-ce à vous qu’ils appartiennent?

Oui, mon ami. D’où es tu?

Mon Dieu! je n’ai point de pays; je suis le petit Florentin que le monde appèle le pauvre Flor.

Florentin! c’est un juli nom. Moi, je m’apèle [sic] Rosine.

C’est aussi un joli nom. Ma mère s’appeloit Helène; ce nom-là est bien plus beau.

Je ne sais. Où est donc ta mère?

Elle est morte.

Pauvre Flor! Y a-t-il long temps?

Déjà huit jours. (& tous deux se mirent à pleurer.)

Tu es un bon enfant. Mais tes habits sont tout déchirés; sans cela je t’embrasserois, je m’asseoirois près de toi.

Mes habits sont propres, quoiqu’usés. [sic] Cependant je n’aurai pas le courage de vous embrasser; car vous valez mieux que moi. Je ne suis que le pauvre Flor.

Ecoute, Florentin, ne manges pas de navets crus. As-tu faim?

Oui, Rosine, j’ai faim.

Eh bien! partageons mon goûter. Sur-le-champ, elle tire de son panier une grosse beurrée. Non, dit Florentin, il ne t’en resteroit pas assez.

Oh! je n’ai pas faim, moi. Ce soir, je mangerai tant qu’il me plaira; & toi, tu ne sais pas encore si tu trouveras à souper.

Elle ouvrit son petit couteau; puis, faisant deux parts de la beurrée, elle donna la plus grosse à Florentin. Ils s’assirent à côté l’un de l’autre, & mangèrent gaîment.

Florentin avoit dit un peu plus haut: les gens mettent quelque chose de noir à leur chapeau, quand ils ont perdu leurs parens; cela fait qu’en les voyant, les autres deviennent tristes avec eux & en ont compassion. Mais le pauvre Flor! Qui devinera qu’il a perdu sa mère? Il dit son désir à Rosine, qui trouve une bande noire qu’elle lui attache au bras.

„Ils passèrent encore près d’une heure à jaser amicalement, & déjà la fraîcheur du soir commençoit à se faire sentir.

Ah! mon ami, dit Rosine, où passeras tu la nuit?

Ne pourrois je pas te suivre au hameau?

Hélas, non! nous avons un garde de nuit trop méchant. Il te chasseroit, pauvre Florentin.

Ne te chagrine pas, Rosine; jusqu’ici je n’ai pas couché dehors; mais il me fâche de te quitter.

Les deux enfans se désoloient; enfin, Rosine dit à l’autre: Tiens! vois-tu cette fumée là-bas dans le bois? là, demeure un honnête charbonnier qui reçoit tous les pauvres que chasse notre garde. Vas le trouver. Ils se levèrent, s’embrassèrent de bon coeur, & prirent le chemin, l’un de la forêt, l’autre du hameau.“

Cette première scène est le sujet de la jolie gravure qui orne le frontispice du premier volume. On y voit un paysage des Vosges, un petit garçon, pieds nuds, bien déguenillé, Rosine assisse, vêtue proprement, son panier, son chien, sa chèvre, & ces paroles au bas: Ah! mon ami, où passeras-tu la nuit?

  

  

Bisher unbeachtet

In seiner Lebensgeschichte [53] erwähnt Jung Augustin de Barruel [54] und den „Der / Triumph / der Philosophie / im / Achtzehnten Jahrhunderte. / - / [Motto Seneca] / - / Erster Theil. / - / Germantown [= Augsburg: Peter Paul Bölling], / bei Eduard Adalbert Rosenblatt / 1803.“

Am 23. Juni 1799 schrieb Jung aus Marburg an Johann Wilhelm Berger: [55]

„Mit meinem Urteil über Barruels abrege ist’s mir übel ge= [S. 135:] gangen; indessen ich meinte es redlich, und das übrige verschmerze ich in Geduld; reine und herzliche Bruderliebe war’s, die mich bewog diese Übersetzung abzuraten“.

Gemeint ist hier das „Abrégé des mémoires Pour servir à l’histoire du Jacobinisme“, London 1799 [56], das die gekürzte Ausgabe ist von:

Mémoires pour servir à l’histoire du Jacobinisme. Par M. l’Abbé [Augustin] Barruel. Troisième Édition. Tome Quatrième. Augsburg: Libraires associés 1799. [57]

   

Abbildung 28: Titelblatt von Barruel.

Abbildung 29: Bd. 4, S. 186 im Kapitel 7: „Suite des découvertes faites en Baviere sur ces Illuminés; procédés de la Cour à l’égard de chefs de la secte; notice & liste des principaux adeptes.“

 

Barruel nimmt hier Bezug auf Jung-Stillings Aufsatz

„Wichtige Berichtigung einer Stelle des ersten / Aufsatzes im vierten Stück des vierten / Bandes der Eudämonia, über die / neuern Arbeiten des Illuminatismus im / katholischen Deutschland.“ – In: „Eudämonia, / oder / deutsches Volksglück. / - / Vierten Bandes Fünftes Stück. / - [eL] / Haltet zusammen ihr Guten, kennt ihr euch, kennt ihr / euch nicht! Vertheidigt einander! — — Schäme sich / keiner des andern. Die Bösen halten auch zusammen; / aber nicht so fest! / Häfeli.“, S. 456-466.

Schon Strieder [58] wusste: dies „ist eine Vertheidigung des Illuminatismus fälschlich beschuldigten Kurkölln. Referendars Wreden.“  [59]

Vor dem 22. August 1809 war Jung-Stilling persönlich mit dem nunmehrigen Senator Henri Graf Grégoire [60] bekannt geworden. Grégoire hatte zuvor die „Theorie der Geisterkunde“ durch Friedrich Rudolf Saltzmann zugesandt erhalten. Später meint Grégoire [61] würdigend:

» Il ne faut pas croire néanmoins que le système de Henri Stilling , plus connu sous le nom de Jung, ait beaucoup de partisans dans le Wurtemberg : mais cet homme remarquable par l'histoire de sa vie, respectable par ses mœurs , célèbre comme médecin oculiste , y a beaucoup d'amis ; il les doit à la reconnaissance des aveugles et d'autres malades qu'il a guéris en montrant partout la plus grande habileté , le plus grand désintéressement ; il les doit à son zèle pour la religion , qui éclate encore plus dans sa conversation que dans ses livres. Ces considérations, qui lui ont gagné les cœurs , empêchent qu'on ne heurte ses opinions particulières , exposées peut-être avec trop peu de piécaution, et fondées sur une imagination très-vive. On trouve aussi que ses connaissances théologiques pourraient être plus étendues. On sait qu'il avait d'abord donné une autre direction à ses études , et qu'il professait la Cameralistique à Marburg, lorsque le grand-duc de Bade, son ami, l'attira près de lui en lui accordant une pension , et en le chargeant de composer des ouvrages religieux.

L'auteur dont les opinions exercent un ascendant plus marqué sur les Séparatistes nouveaux , c'est Bengel, mort il y a une cinquantaine d'années , l'un des plus estimables théologiens de son tems, qui s'est rendu célèbre par ses écrits : en scrutant les prophéties , il a quelquefois rencontré juste et présenté des aperçus qui les font harmoniser d'une manière étonnante avec quelques événemens modernes ; mais beaucoup d'autres ne sont pas concordans avec ce qui se passe sous nos jeux. Il s'est mêlé de prédire la fin du monde, qu'il fixe à l'an 1856. On lui fait grace de ces écarts à cause de la circonspection avec laquelle il avance ses idées; il semble que par-là il ait voulu donner un modèle de la manière de traiter de tels sujets. Cependant il a eu le sort de tous les hommes distingués ; souvent mal compris par ceux qui ne pouvaient s'élever à sa hauteur, ils ont abusé de quelques-unes de ses opinions. »

1797 hatte Jung-Stilling Grégoire in seinem „Grauen Mann“ [62] in einem ihm zugesandten Bericht genannt. „Was wird denn nun, mitten in diesem erstaunlichen Zusammenfluß von Menschen aus den Kirchen des Camus und des Gregoire, diesen Tempeln der Vernunft“? hatte es dort geheißen.

   

Abbildung 30

Abbildung 31

 

Der Graue Mann, Heft 26, vom März 1813

Erst spät wird der „Graue Mann“ [63] in Frankreich – dort auch als l’homme gris oder l’homme en gris  be­zeichnet – genannt; dies geschieht im Zusammenhang mit den Napoleonischen Kriegen und sicher­lich auch in Bezug auf seinen mutmaßlichen Einfluß auf den Großherzog von Baden, von dem Constant Valentin Edmond Bapst [64] berichtet. Bapst zitiert die Berichte des französischen Gesandten in Karlsruhe, Nicolas de Massias [65] und fasst zusammen:

„Sobald Karl Friedrich versuche, sich durchzusetzen, werde der Augenarzt und Theosoph Jung-Stilling zugezogen. Der Geheime Hofrat lese dem Großherzog dann aus der Bibel vor und entziehe ihn mit seinen Visionen der Wirklichkeit.“  [66]

Eine Darstellung dieser Problematik nach den Quellen in französischer Sprache fehlt noch.

Im

„Journal général de la Littérature étrangère. – Quatorzième Année. – Journal général de la Littérature étrangère ou Indicateur bibliographique et raisonné des Livres nou­ve­aux en tous genres, Cartes géographiques, Gravures et Œuvres de Musique qui par­ais­sent dans les divers pays étrangers à l’ancienne France, classés par ordre de ma­tières, avec la notice des objets traités par les sociétés savantes et des prix qui y ont été proposés, les nouvelles découvertes et inventions, la nécrologie des écrivains et artistes célèbres de l’Europe , des nouvelles littéraires et bibliographiques, etc. etc. an­née 1814. A Paris, Chez Treuttel et Würtz, rue de Bourbon, N°. 17. A Strasbourg, Mê­me maison de Commerce, rue des Serruriers. De l’imprimerie de d’Hautel. 1814.“ [67]

wird dann der „Graue Mann“ angezeigt:

   

Abbildung 32: Titelblatt

Abbildung 33: Der Text

JOURNAUX.

Der graue Mann, etc. L’homme gris, journal populaire, publié par Jung. XXVIe. cahier in-8°. Nuremberg. 1813. Raw. 20 kr.

Journal mystique publié depuis quelques années avec grand succès en Allemagne. L’auteur est connu par plusieus écrits de ce genre, particulièrement par son ouvrage sur les apparitions.

Le cahier que nous annonçons commence par une longue complainte sur la corruption actuelle de moeurs, sur la décadeuse de la religion, et sur les dissensions qui s’élèvent entre les fidèles même. L’auteur prévoit que la concorde et l’union entre les chrétiens ne saurait être rétablie que par une nouvelle persécution de l’église chrétienne, ce qui semblerait prouver que ses écrits n’ont pas produit l’effet qu’il s’en promis.

Quant à ceux qui résistent à la foi, il leur annonce, on ne sait sur quelle autorité, que les hommes avant le déluge étaient condamnés à passer 3559 ans dans la partie la plus terrible du Hadès et qu’on sort beaucoup plus rigoureux est réservé aux mécréass d’aujourd’hui, puisqu’on leur avait prêché l’évangile que nos premiers pères antidiluviens ne connaissaient pas.

A la fin de l’ouvrage on lit une notice sur l’incendie de la colonie des frères Hernhouts à Sarepta, dans le gouvernement d’Astrachan, et dont la perte est évaluée à la somme de 180,000 roubles, sans compter les pertes des particuliers.

   

  

„Lavaters Verklärung“ und „Scenen aus dem Geisterreich“

Im Dezember/Januar 1802/03, im „Schneemonat“ [68], erschien eine Rezension von „Lavaters Verklärung“ und im Februar/März 1803, im „Windmonat“ [69], eine der „Scenen aus dem Geisterreich“ [70]im „Journal Général de la Littérature étrangère.“ [71]

 

   

Abbildung 34

Abbildung 35

 

Lavaters Verklaerung, etc.; Béatitude de Lavater, par H. Stilling. In-8. Francfort. Hermann. 20 kr.

La Scène s’ouvre par deux anges qui s’entretiennent sur le mérite de Lavater comme chrétien, et sur sa foi constante; quelques autres anges, parmi lesquels se trouve celui de la mort, se joignent aux premiers, et tous se rassemblent autour du lit de Lavater mourant, pour lui annoncer sa délivrance prochaine. Ce dernier reconnaît dans deux de ces anges ses amis qui l’ont précédé, Félix Hess etPfenninger; il s’élève avec eux, et paraît devant le thrône de son créateur.

La versification de cette pièce est souvent négligée; quoique l’idée de faire reconnaître deux amis défunts de Lavater, dans les deux premiers anges, soit belle et vraiment poétique. L’idée principale, cependant, que présente Lavater comme martyr du christianisme, manque de vérité; le soldat qui le blessa, quelque tems avant sa mort, n’était certainement pas un persécuteur.“

 

 

 

 

Abbildung 36: Jahrgangstitel

Abbildung 37: Hefttitel

 

 

 

 

Abbildung 38: S. 268 unten

Abbildung 39: S. 269

 

THEOSOPHIE.

Scenen aus dem Geisterreich ; Scènes du monde des esprits, par Henri Stilling, tomes I et II, troisième edition, in-8 Francfort. Varrentrapp. 2 fl.

Nous nous contentons d’indiquer les titres de différens morceaux, dont ce volume est composé. Ce sont : Tome I ; 1) le grand réveil; 2) les naturalistes; 3) l’heureuse rencontre; 4) l’enfer; 5) l’homme pauvre; 6) les fatalistes; 7) la surprise; 8) l’antiquaire; 9) le stoïcien; 10) le triomphe; 11) le grand mystère; 12) le mystère de l’avenir; 13) la hiérarchie; 14) les phariséens chrétiens; 15) l’apothéose de Lavater.

Tome IIe. 1) les suicides; 2) la triomphe de la foi; 3) fidélité récompensée; 4) J. C. considéré dans sons caractère humain; 5) la béatitude des enfans; 6) différens effets de la conversion à la fin de vie; 7) drame pantomime représenté dans le monde des esprits; 8) les piétistes; 9) la transfiguration d’Eital; 10) le divorce éternel; 11) les chrétienns pour la forme; 12) J. C. envisagé en sa qualité de grand-prêtre.

  


  

Übersetzung in Handschriften für den privaten Gebrauch

Unbekannt wird es sicherlich bleiben, wie viele Menschen in Frankreich für ihren persönlichen Gebrauch Texte Jung-Stillings übersetzten. Ein Beispiel dafür ist Johann Friedrich Oberlin (1740-1826), der in seinem Kreis Teile von Jung-Stillings „Scenen aus dem Geisterreiche“ übersetzte. Dazu liegt eine Editionsarbeit in französischer Sprache vor.

Jean-Frédéric Oberlin et Jean Henri Jung dit Stilling – Les « Scènes de L’Empire des Esprits ». Préface de Jacques Fabry. Siegen: Jung-Stilling-Gesellschaft (2004. – ISBN 3-928984-26-8. – [VIII, 9-198 (+ 2) S., 20 Abb.) Vorwort von Gerhard Merk und Gustave Koch.]

Die Einleitung von Jacques Fabry (1931-2012) S. 15-33 hat den Titel « Prophétisme apocalyptique et millenarisme l’exemple de J. H. Jung-Stilling ». [72]

  

  

Nach Jung-Stillings Tod erschienene Übersetzungen und andere Texte in französischer Sprache zu Jung-Stilling

1835 begann das Erscheinen der von dem Lausanner Pastor Louis Frédéric Albert Secrétan (1807 - 1882) herausgegeben Übersetzung, die 1839, 1840 und 1841 in ihren einzelnen Teilen erfolgte:

Vie de Henri Jung-Stilling, écrite par lui-même et traduit de l’allemand sur la Quatrième édition par. Tome 1-6 in 5 Bänden. Lausanne et Neuchâtel 1835. [73]

   

 

 

 

Das „Magasin Pittoresque“ [74]  meinte dazu:

« L’excellente traduction terminée depuis quelques années par un des écrivains les plus distuingués de Lausanne ** contribuera sans doute à les populariser ».

Ab Oktober 1842 erschien in dem bekannten „Magasin Pittoresque“ [75] in Fortsetzungen eine Überset­zung der Jung-Stillingschen Lebensgeschichte.

Herausgeber dieses Magazins war der Rechtsanwalt Édouard Thomas Charton. [76] Er wurde in Sens im Jahr 1807 am 11. Mai geboren. Am 27. Februar 1890 verstarb er in Versailles. Charton setzte sich früh für die Volksbildung ein und wurde 1848 Generalsekretär des Ministeriums des öffentlichen Unterrichtswesens. Charton gründete verschiedene Zeitschriften und volkstümliche Sammlungen: Le Magasin pittoresque (1833), L'Illustration (4. März 1843), Le Tour du Monde (1860), La Bibliothèque des merveilles (1864). Auch gründete er 1864 die Volksbücherei von Versailles, der er bis zu seinem Tod vorstand.

Der Herausgeber Edouard Charton setzte damit die vorangegangenen Lebensgeschichten bekannter junger Männer fort: Auf Valentin Jamerey-Duval (Arthonnay/Champagne 25.04.1695–Wien 3.11.1775) und William Hutton (Derby 30.09.1723 – Bennett's Hill, bei Birmingham 20.09.1815) folgte nun Jung-Stilling.

link

Charton leitet ein:

« […] Si vous avez lu les extraits de ces deux autobiographies populaires que j’ai eu tant de plaisir à mettre sous vos yeux, vous ne pouvez pas les avoir oubliés. Aujourd’hui j’appelle votre interêt sur les Mémoires d’un autre enfant du peuple dont l’existence n’a pas été moins difficile, moins agitée, et moins courageuse.

Henri Jung-Stilling était Allemand : il vous révèlera des détails précieux sur la condition des classes pauvres et de la bourgeoisie en Allemagne au dix-huitième siècle, comme Jamerai Duval et Hutton vous ont initiés aux souffrances et aux mœurs des mêmes classes, l’un en France, l’autre en Angleterre. Ces études comparées des misères du peuple au siècle dernier sont de nature, si je ne me trompe, à exciter une haute curiosité morale. L’extrême rareté de Mémoires de ce genre, écrits avec bonne foi et talent, ajoute encore à leur prix.

Les trois hommes qui nous occupent ont été contemporains ; ils auraient pu se connaître. En 1775, Jamerai Du- [S. 350, Sp. 1 :] val, octogénaire, achevait tranquillement sa vie au milieu de ses livres, dans un petit appartement du palais impérial de Vienne. Cette même année, William Hutton avait cinquante-deux ans : il était père de famille ; il commençait à échapper à force de travail à l’indigence qui l’avait si longtemps éprouvé ; il avait acheté des terres aux environs de Birmingham, et il les cultivait. Quant à Henri Stilling, il n’avait alors que trente-cinq ans : il luttait encore contre la mauvaise fortune ; il exerçait la médecine dans une petite ville, avec peu de succès et beaucoup de dettes. »

Aus diesen Beiträgen ergab sich dann im Jahr 1864 die erste von vielen folgenden Ausgaben von:

« M[onsieur]. E[dourd]. [Thomas] Charton: histoires de trois pauvres enfants ...V. Jamery Duval. W. Hutton et J. H. Jung, dit Stilling ... qui sont devenus riches. Racontées par eux-mêmes et abrégées par M[onsieur]. E[douard]. Charton. Paris 1864. 18°.

Histoire de trois pauvres enfants (un Français, un Anglais, un Allemand), qui sont devenus riches, racontées par eux-mêmes et abrégées par M. Edouard Charton »

   

Charton: Histoire de trois pauvres enfants

„Athenaeum français.“, 1864. [77]

 

Ein Nachtrag zur Lebensgeschichte

Es verwundert nun nicht, dass Charton 1884 eine Notiz zu Jung-Stillings Leben aufnahm, [78] die Friedrich Wilhelm Philipp Oertel unter seinem Schriftstellernamen W. O. von Horn [79] publiziert hatte:

„Jung-Stilling et un mendiant aveugle. Anecdote. Nos lecteurs connaissent la vie intéressante der Henri Jung-Stilling (1 ) ; ils savent comment ce fils d’un pauvre tailleur de village était parvenu `s’instruire au milieu des plus dures épreuves, avait acquis une grande célébrité comm médecin oculiste, puis avait pris rang parmi les professuers les plus distingués de son temps, à Heidelberg. Il mourut conseiller aulique à Carlsruhe, ein 1817. Comme oculiste, Stilling avait toujours fait preuve d’un entier désintéressement : c’était surtout aux malheureux qu’il consacrait son art. En voici un exemple. Un soir, dit W.-O. de Horn, Stilling m’accompa- gnait du côté d’Ockershausen, où je demeurais (2). Nous suivons un chemin assez solitaire. De temps à autre seulement quelque passant nous saluait avec politesse.“

Horn erzählte diese Geschichte nach einem ihm bekannten Augenzeugen bereits 1859. [80] Sie könnte sich in  den Jahren 1791/92 oder 1795, als Jung-Stilling Ockershausen zum Wohnsitz hatte, abgespielt haben. [81]


  

Eine moderne Ausgabe aus dem Jahr 2012

Yves Wattenberg, Jahrgang 1953, nahm sich nach Adalbert Stifter nun auch Jung-Stilling zur Übersetzung vor. Erschienen ist so:

Jung-Stilling, Johann Heinrich. Les Années de jeunesse de Heinrich Stilling. Une histoire vraie. Traduit de l’allemand par Yves Wattenberg pour les éditions Premières Pierres. Saint Maurice: Éditions Premières Pierres 2012. ISBN 978-2-913534-11-7. (Incl. gekürzter Jünglingsjahre [Véronique Gentil [82]].)


  

Eine weitere Widerlegung

1779 hatte Johann Konrad Pfenninger (1747-1792) in seiner Zeitschrift

„Christliches / Magazin / Herausgegeben / von / Joh. Konrad Pfenninger, / Pfarrer an der Waysenkirche in Zürich. / - / Zweytes Stück. / - / ‘Das himmlische Königreich ist einem Senfkorn / gleich.’ / - / 1779.“

S. 242-246 als Nummer „XXII. / Stilling. / == / Stilling Jugendgeschichte; Stillings Jünglingsjahre; / und Stillings Wanderschaft. Drey Bändchen.“ rezensiert.

In dem ersten Stück des vierten Bandes des Jahres 1781

„Christliches / Magazin / Herausgegeben / von / Joh. Konrad Pfenninger, / Pfarrer an der Waisenkirche in Zürich. / - / Vierten Bandes / Erstes Stück. / - / ‘Das himmlische Königreich ist einem Senfkorn / gleich.’ / [Druckervignette Bienenkorb] / - Zürich und Winterthur / bey J. C. Füeßlin, Sohn, und Heinrich Steiner / und Compagnie.“

heißt es Seite 15 zur Nummer nur lakonisch:

„22. Stilling - gut.“

In demselben Band findet sich S. 249 ff. ein Auszug „Aus Briefen.“ Die Nr. 4 ff. dieser Briefe finden sich S. 252 ff.: 4. / April 1780. / Aus einer der größten Städte in Frankreich.“ In der Nr. „6. Von demselben.“ S. 254 f. liest man unter Hervorhebung durch mich:

„Das christliche Magazin taugt nicht für die Fran= [S. 255:] zosen, ja kein Buch von allen, die Sie mir im letzten Paket übermacht haben. (Stilling, Sophie von Hermes u. a.) Sie könnens nicht glauben, wie himmelweit man von dieser Denkart entfernt ist; mit keinem mir bekannten Menschen dürfte ich nur davon sprechen, wenn ich mir nicht ins Gesicht lachen lassen wollte. Ein Heinrich Stilling wäre den Franzosen eine sehr lächerliche Person – Wer sich über die sogenannten Vorurtheile erhoben hat, hat keine Religion“.

Obwohl also für die Lebensgeschichte Jung-Stillings allem Anschein damals kein Interesse vorlag, so reagierte man im 19. Jahrhundert anders.

In England erschien in zwei Bänden diese Lebensgeschichte übersetzt von Samual Jackson [83], über den bisher kaum etwas bekannt geworden ist.

Heinrich Stilling. / Part 1. / His / childhood, youthful years, and wanderings. / - / Translated from the German of / Johann Heinrich Jung-Stilling. / Late Professor of the Universities of Heidelberg and Marburg / and priate Aulic Counsellor to the Grand Duke of Baden. / By / Samuel Jackson. / - / London: / Published by Hamilton, Adams, & Co. / Paternoster Row. / - / 1835

Heinrich Stilling. / Part 2. / His / Domestic Life, and years of Tuition. / - / Translated from the German of / Johann Heinrich Jung-Stilling. Late Professor of the Universities of Heidelberg and Marburg / and priate Aulic Counsellor to the Grand Duke of Baden. / By / Samuel Jackson. / - / London: / Published by Hamilton, Adams, & Co. / Paternoster Row. / - / 1835

Sofort erschien eine umfangreiche Besprechung dieser Ausgabe unter dem Titel „John Henry Stilling’s childhood, youthful years, | and wanderings *” in:

„Tait’s | Edinburgh | Magazine | for | 1835. | Volume II. | New series. | William Tait, Edinburgh: | Simpson, Marshall, & Co., London: and John Coming, Dublin. | MDCCCXXXV.“ [84]

Im Juli desselben Jahres wurde eine Übersetzung der Rezension aus „Tait’s Magazine“ in Frankreich publiziert unter dem Titel « Biographie. | - | Jung Stilling, | ami de Gœthe. | - »:

« Revue Britannique ou choix d’articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, sur la Littérature, les beaux-arts […] etc. Troisième Série. Tome Seizième. Paris.“ Bureau du Journal 1835. » [85]

« Biographie

JUNG STILLING.

AMI DE GOETHE.

Les livres les plus intéressans, ceux qui apportent à l’Europe le plus de révélations curieuses, ne sont pas toujours ceux que choisissent les traducteurs. Cette race, un peu mercantile, aime mieux se plier aux exigences du public que de le diriger. De mauvais romans, des contes d’un goût équivoque, des pamphlets qui flattent une opinion politique, obtiennent presque toujours la préférence; tels sont les chefs-d’oeuvre dont le traducteur s’empare, les modèles qu’il propose à ses concitoyens. Aussi Dieu sait quel jugement les peuples de l’Europe ont porté les uns sur les autres. Ils ne se connaissent mutuellement que par leurs défauts. Les traductions reproduisent, non les chefs-d’œuvre, mais les libelles théologiques. Boileau, dans sa vieillesse, ne savait même pas qu’il eût existé un homme du nom de Dryden, et un autre homme appelé Shakspeare. [Shakespeare] De nos jours même, combien n’a-t-il pas fallu de tems et d’efforts pour apprendre aux Français l’existence de Wordsworth, et pour nous révéler celle de Béranger!

Au premier rang des livres que la négligence des traducteurs a sacrifiés à des narrations sans mérite, à des fictions sans talent, à des œuvres sans moralité se place  [S. 112:] un petit ouvrage du célèbre professeur Jung Stilling : ce sont les confessions allemandes d’un pauvre jeune homme qui, des dernières classes de la société, s’élève par la noblesse de l'ame [sic], la persévérance et le travail, jusqu’à une situation brillante et enviée. Vous ne trouvez pas dans ce récit la fièvre d’émotion qui caractérise celui de Rousseau. Aucune révolte contre la société : point de passions ardentes, aucune déclamation contre la richesse ou le succès. Rien de cette ferveur démocratique, de cet élan impétueux , de cette audace philosophique auxquels Rousseau a dû sa célébrité. Jung Stilling, fils d'un paysan westphalien , appartenait à une ère toute différente de société et de civilisation. Il n’était pas né, comme Rousseau, entre l’Italie artiste et la France satirique, dans une petite république vouée à la critique et à l’analyse. Il représentait la bonne population allemande des anciens jours; croyante, rude, naïve, aimante, et préférant la foi au doute : imprégnée de respect pour ses supérieurs, adorant, après Dieu, M. le comte et M. le bailli ; mélant à la grossièreté de ses habitudes matérielles un étrange raffinement de métaphysique naturelle et de bizarrerie romantique. On voit toute cette population admirablement dépeinte par Jung Stilling, l’un de ses enfans. Il reproduit ses sentimens et ses discours, et l’on ne peut s’empêcher de remarquer combien il y a de liberté, d’intelligence , de force de pensée et d’indépendance réelle chez ce peuple complétement étranger à la liberté politique et à ses modernes perfectionnemens. C'est une leçon assez haute et qu'il ne faut pas oublier : la liberté, après tout, c’est la moralité.

Beaucoup d’ouvrages nous donnent une idée juste ou fausse, raisonnable ou capricieuse, séduisante ou misantropique, de la vie des cœurs, du vice doré, de la [S. 113 :] dépravation qui se cache sous la soie. Il semble que l’intelligence des écrivains ait  voulu, comme le  soleil, n’éclairer que les sommités sociales. Nous connaissons merveilleusement bien les palais, nous ignorons les chaumières. L’histoire a fait bon marché des populations qui ont tenu le hoyau ou la charrue, et qui, sans avoir porté la couronne princière ou le glaive féodal, doivent cependant compter dans les destinées des peuples. Rien n’est plus rare et plus curieux qu’un livre qui vous laisse pénétrer naïvement dans la vie intérieure des artisans et des bourgeois. Voyez quel intérêt s’attache aux tableaux domestiques de J.-J. Rousseau, à la vie d’acteur décrite par Goldoni. C’est une lacune des annales humaines qui se trouve tout-à-coup remplie. L’intérêt que nous offre l’autobiographie de Stilling s’accroit encore quand on pense que l’homme sans éducation et sans amis, qui a frayé ainsi sa route solitaire, vivait dans un pays d’aristocratie invétérée et de féodalité à peine adoucie, et que, de l’échoppe d’un tailleur et du sein des habitudes et de la société la plus vulgaire, il est parvenu au titre d’ami de Goethe, de conseiller du grand-duc de Bade, et a une réputation presque européenne. Aussi distingué par son savoir que par ses vertus morales, Stilling fut tour  a tour tailleur, charbonnier, laboureur, maître d’école et professeur à l’université de Heidelberg. Les confessions d’un tel homme, au coeur simple, a l’esprit élevé , forment un roman de la vie réelle, peu d’ouvrages le surpassent ou l’égalent pour le charme et la singularité des détails. La force d’âme, le courage moral, la complète pureté qui respire dans ses pages simples, sont un excellent contre-poison aux déclamations antisociales des Chatterton et de tous ceux qui demandent à leurs concitoyens gloire, fortune, appui, pouvoir, et ne [S. 114:] lui donnent en échange que leurs prétentions et leur oisiveté. A cette foule de prétendus grands hommes méconnus, on doit opposer la vie simple, noble et courageuse des Crabbe en Angleterre, des Stilling en Allemagne.

... »

Auf diese Einleitung folgt die Erzählung der Lebensgeschichte bis hin zur Straßburger Zeit, z. T. in wörtlicher Übersetzung, z. T. als (Nach-)Erzählung.

  

  

Jorinde und Joringel (frz.)

Jung-Stillings häufig verfilmtes und wiederholt auf Theaterbühnen aufgeführtes Märchen [86] „Jorinde und Joringel“ [87] fand in Frankreich ebenso Beachtung. So findet sich eine Übersetzung durchLambert Elisabeth Comte d’Aubert de Résie [88] in:

« Histoire et traité des sciences occultes ou examen des croyances populaires sur les êtres surnaturels, la magie, la sorcellerie, la divination, etc. depuis le commencement du monde jusqu'à nos jours par le Comte de Résie ». Bd. 1. Paris: Louis Vivès 1857, S. 374-377.

 

   

Titelblatt

Ebd. S. 374.

 

Résie zitiert den niederländischen Juristen Cornelis Kemp [89] mit dessen Werk „De origine, situ, qualitate et quantitate Frisiae, et rebus a Frisiis olim praeclare gestis, libri tres“ [90] nach Reginald Scot[91] , während ihn Balthasar Bekker [92] nach Caspar Schott [93] nennt.

Resie nennt die Schwalmgegend, die südlich von Bad Wildungen liegt, und die Angabe verkennt, dass eigentlich hier nach Jung-Stillings Geburtsort das Siegerland gemeint sein muss.

Vielleicht geben diese Hinweise weiteren Aufschluß – auch im Vergleich zum Roman „Florentin von Fahlendorn“ (1781) [94] – auf die Herkunft dieses Motivs im Kunstmärchen. [95]

  

  

„Theorie der Geisterkunde“

Von großem Interesse, da kaum bekannt und nur in einem öffentlich zugänglichen Exemplar bisher nachweisbar, ist die Übersetzunge der „Theorie der Geisterkunde“ Jung-Stillings. Sie wird unter verschiedenen Titeln in der Literatur wiedergegeben: « Théorie de la connaissance des Esprits » ; « Théorie des Esprits » und vor allem nach der erhaltenen Übersetzung :

« Théorie du discernement des esprits publiée au commencement de ce siècle par le Dr Jung dit Stilling Conseiller d’État du grand-duché de Bade. – Ouvrage philosophique et religieux traduit de l’allemand sur l’édition de 1827 pour combattre les erreurs qui s’introduisent depuis quelque temps chez les français au sujet des expériences faites par le magnétisme animal. – [par Vuille, ... Motto Lk 24, 39]. Neuchâtel Imprimerie de F. Marolf – 1862. »

Sie umfasst 302 (313) Seiten mit dem Inhalt:

« Table des matières »; S. 5-12 stellt die « Introduction ou exorde contenant l’exposition du sujet » mit den ersten 16 Abschnitten, und die S. 288-302 sind die « Cinquième partie principale: récapitulation de tous les enseignements philosophiques et théologiques renfermés dans cet ouvrage. » mit den Punkten I-LV.

   

Titelblatt

Inhaltsverzeichnis

 

Einen Grund für ihr Erscheinen mit dem umfangreichen Titelteil mag das „Grand dictionnaire universel du XIXe siècle“ von Pierre La­rousse (1866-1876) geben, wo es zur „Theo­rie“, den „Scenen“ und der „Apologie“ heißt: « où il se montre le précurseur des spirites modernes et d’Allan Kardec. » Allan Kardec ist ein Pseudonym für Prof. Hip­polyte Léon Denizard Rivail (1869-). Er nahm das Pseu­donym Allan Kardec an, weil er unter diesem Na­men in einer früheren Inkarnation zur Zeit der Dru­iden als Bauer in der Bretagne gelebt haben will. Kardec gilt als der Begründer der westlichen Leh­re der Wiederverkörperung (Reinkarnation) und des so genannten Re-inkarnations-Spiritismus als Wissenschaft; er holte den Spiritismus aus dem Okkulten, aus der Geheimwissenschaft und wer­tete ihn zur Parapsychologie, zur Psycho­Bio­Phy­sik auf. Gegen 1850 kam die Frage der Gei­ster­manifestationen auf, und Allan Kardec gab sich beharrliche den Beobachtungen dieser Phä­no­mene hin und widmete sich hauptsächlich der Auf­gabe, die philosophischen Folgerungen daraus ab­zuleiten. Er war der erste Theoretiker des Spi­ri­tis­mus und stellte eine methodische Lehre davon auf. – Aus diesem Grunde dürfte für manche eine Aus­gabe der „Theorie“ für notwendig erachtet wor­den sein.

 

Die erste Inauguraldissertation über Jung-Stilling

In Frankreich erschien auch eine der frühesten Dissertationen zu Jung-Stilling, natürlich in Strasbourg/Straßburg. Sie umfasst 32 Seiten und erschien unter dem Titel:

Université de France. / - / Faculté de Théologie protestante de Strasbourg. / - / Étude théologique / sur / Jung-Stilling. / Thèse / présentée / à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, / et soutenue publiquement / le mercredi 2 janvier 1856, à 4 heures du soir, / pour obtenir le grade de bachelier en théologie, / par / Charles-Guillaume Nessler. / - / Strasbourg, / Imprimerie de G. Silbermann, Place Saint-Thomas, 3. / 1855

 

S. 32:

„Thèses.

      I.

Le sermon est le principal élément du culte protestant; il ne faut pas absolument qu’il ait toujours pour sujet un texte de l’Écriture.

      II.

Le sermon a pour but l’édification et l’instruction; en y tendant, le pasteur provoque la seule et véritable activité du culte.

      III.

En faisant une plus grande aux fidèles dans le culte par le chant et les prières liturgiques, on remplace l’activité intérieure par une activité extérieure.

      IV.

Si l’homme matériel aime à s’attacher aux formes, à ce qui impressionne les sens, ce n’est pas une raison que l’Église doive venir au devant de cette tendance; elle doit tâcher de spiritualiser le culte au lieu de le matérialiser.

      V.

Le principal poste du pasteur est la chaire, la cure d’âme ne devient efficace que par suite de la prédication.

      VI.

Il serait à souhaiter qu’une discipline ecclésiastique fût établie.“

 

 

 

Karl Wilhelm Nessler wurde in Durstel am 26.09.1830 geboren und starb in Berlin am 23.01.1904. Seine akademische Laufbahn begann am 12.10.1850 mit der Immatrikulation in Strasbourg/Straßburg. Zunächst als Prediger im Elsass tätig wurde er an die französisch-reformierte Gemeinde in Berlin versetzt. Er ehelichte in Hornbach am 16.04.1857 Amalie Kampmann (geb. Aßweiler 2.07.1835, gest. Berlin 23.03.1925/1926 ?) und war von 1879 bis 1882 Mitglied des Preußischen Abgeordnetenhauses und von 1880 bid 1884 des Deutschen Reichstags.

Nessler schreibt in seiner Inauguraldissertation u. a.:

„Les hommes éminents représentent presque toujours leur époque en personnifiant ainsi dire les idées dominantes du temps dans lequel ils vivent. Cette règle, quoiqu’elle puisse sembler générale au premier abord, ne peut cependant pas s’appliquer à tous ceux dont le nom est devenu célèbre. Bien des hommes distingués se sont soustraits à l’influence de leur époque et représentent même quelquefois les idées opposées ou étrangères à celle qui, pour le moment, occupent le devant de la scène; aussi leur vie n’est-elle qu’un long combat contre les tendances du présent, et leur esprit vit soit dans le passé, vivant dans une sphère étrangère à celle de leurs contemporains, leur influence n’est jamais très grande; et, en étudiant la vie d’un de ces hommes, on est tenté de se dire: il a vécu trop tôt ou trop tard.

Nous avons entrepris l’étude d’un homme que nous rangeons parmi ceux qui, selon nous, n’appartiennent pas à leur époque, et le présent travail académique a pour but, non d'en donner le récit chronologique de la vie [S. 6:] de Jung-Stilling, ni l’énumération et l’analyse de ce qu’il a écrit, mais de représenter la vie intérieure de cet homme remarquable pour tous ceux qui suivent la marche de l’Esprit et l’avancement du règne de Dieu.“

S. 6-15:

„La vie de Jung-Stilling.“

S. 15-31:

„Les écrits religieux et théologiques de Stilling.“

 

Dieser Überblick wird sich sicherlich durch weitere Quellen ergänzen lassen, wenn noch unausge­wer­tete Zeitschriften und Archivbestände ausgewertet werden. Im Internet [96] finden sich z. T. umfassende Informationen zu Jung-Stilling.

 

 


 

Hier ließe sich noch hinweisen auf Fehler durch Unkenntnis, wie sie unter dem URL

www.Jung-Stilling-Forschung.de

http://jung-stilling-forschung.de/index.php/leben/falsch-ist

http://jung-stilling-forschung.de/index.php/component/content/article/256

http://jung-stilling-forschung.de/index.php/component/content/article/136

http://jung-stilling-forschung.de/index.php/component/content/article/236

...

sich finden lassen.

 

Erweiterungen und Kürzungen sind möglich; ebenso stehen weitere Abbildungen zur Verfügung.

 

 

 

PMTh – 2015-02-14

 

 

 



Anmerkungen

[1] Gerhard Schwinge: Jung-Stilling und seine Verleger. Von Deinet in Frankfurt bis Raw in Nürnberg. – In: Archiv für Geschichte des Buchwesens. Hrsg. v. d. Historischen Kommission des Börsenvereins des Deutschen Buchhandels e. V., Red.: Monika Estermann, Reinhard Wittmann. Bd. 56. Frankfurt a. M.: Buchhändler-Vereinigung 2002, S. 109-124, mit 7 Abb., hier S. 110 in Anm. 5. – (Neudruck 2014.) – Ders.: Johann Heinrich Jung-Stilling: Briefe. Ausgewählt und hrsg. v. Gerhard Schwinge. Giessen und Basel: Brunnen ([August] 2002, ISBN 3-7655-9405-9); 637 S., S. 2 Porträt Jung-Stillings nach Lips; Faksimile des Briefes vom 1813-12-29 S. 378; Brieftexte S. 67-600, Register S. 619-637), S. 403 in Anm. 8: „Es sind keine französischen Übersetzungen von Schriften Jung-Stillings bekannt.“; diese Briefausgabe lässt eine hohe dreistellige Zahl an Briefe aus, da sie dem Editor nicht bekannt geworden sind.

[2] (Ersch, Johann Samuel:) „Nachträge zu den Verzeichnissen der in der vierten Ausgabe des gelehrten Teutschlandes angeführten anonymen Schriften und von Uebersetzungen der darin angegebenen Schriften in andere Sprachen von J. S. Ersch der Weltweisheit Doctor. - Lemgo, im Verlage der Meyerschen Buchhandlung, 1796.“ [2. Titel:] „Nachtrag zu dem Verzeichnisse von Uebersetzungen der in der vierten Ausgabe des gelehrten Teutschlandes angegebenen Schriften von Dr. J. S. Ersch. [Vignette] - Lemgo, im Verlage der Meyerschen Buchhandlung, 1796.“, S. 52. Im Abschnitt „II. Nachtrag zu dem Verzeichnisse von Uebersetzungen einzelner Schriften und Aufsätze.“ ab S. 24; S. 98 im „Anhang. Uebersicht der in diesem Nachtrage angezeigten Uebersetzungen nach den Sprachen, aus und in welche Schriften teutscher Autoren übersetzt wurden *).“ wird „Jung.“ unter „Französisch:“ aufgelistet; unter weiteren Sprachen ist er ebenfalls eingeordnet. Die Ziffer nennt die Anzahl der genannten Werke bzw. Sprachen.

[3] Gerhard Schwinge: Johann Heinrich Jung-Stilling: Briefe. Ausgewählt und hrsg. v. Gerhard Schwinge. Giessen und Basel: Brunnen ([August] 2002, ISBN 3-7655-9405-9); 637 S., S. 2 Porträt Jung-Stillings nach Lips; Faksimile des Briefes vom 1813-12-29 S. 378; Brieftexte S. 67-600, Register S. 619-637), S. 403, Anm. 8.

[4] Nicolas-Alexandre Pigoreau (geb. Paris 26.01.1765, gest. ebd. 21.01.1851): Supplément à la Petite bibliographie biographico-romancière, ou, Dictionnaire des romanciers: contenant le catalogue des romans qui ont paru depuis sa publication. Paris: Pigoreau 1821 (Reprint u. a. 1968) S. 54, Nr. 572 zum Titel, S. 317 zum Autor, zu dem nur noch der Roman „Antonia Wilsen, ou la femme telle qu’elle est.“, Bd. 1-2, Paris 1822, in franz. Sprache (übers. 1820 v. „madame A. Ceillier“ (ebd. S. 15, Nr. 126); „Das Weib wie es ist“, Dresden 1800) bekannt ist; ebd. S. 164 falsch (und korrigiert durch „D-R-R.“): „CEILLIER (madame A.). Les langues française et allemande lui sont également familières : elle a débuté par la traduction d’Antonia Wilsen, roman de Gustave Schilling (1820), 2 vol. in-12. Nous savons qu’en ce moment elle s’occupe à traduire un roman d’Aug. Lafontaine, qu’on attend avec impatience : les Vois du sort. [Me: erschien nicht mehr]“ – Adélaide-Hélène-Joséphine-Charlotte Celliez (nicht Ceillier; „appelle mal à propos Ceillier“), geb. Comtesse de Rossi, geb. Paris 1778, gest. Blois 4.08.1822; nach (Pigoreau korrigierend): „D-R-R.“ in: Biographie universelle ([Louis-Gabriel] Michaud) ancienne et moderne, ou histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. Nouvelle Édition. Bd. 7: Carn-Chas, Bd. 7, Paris: Desplaces 1854, S. 310, Sp. 2. – Friedrich Gustav Schilling, geb. Dresden 25.11.1766, gest. ebd. 30.07.1839, Pseud.: „Zebedäus Kukuk, der jüngere“, Autor von Erzählungen und Romanen.

[5] Nr. 21, v. 20. Januar 1796, S. 173 im Abschnitt „Annonces.“ S. 173 ff.; die Nr. 21 reicht von S. 141-212. – Ehem. und später u. d. T.: Mercure de France, 1672-1810.

[6] L’esprit des journaux, siehe Anm. 51.

[7] Siehe diesen als Abb. in: Erich Mertens: „Johann Heinrich Jung-Stilling. ‚Wenn einen der König des Himmels und der Erden zum Werkzeug macht’. – In: Harald Salfellner (Hrsg.): Mit Feder und Skalpell. Grenzgänger zwischen Literatur und Medizin. Prag: Vitalis 2014, ISBN 978-3-89919-167-7, S. 21-56, hier S. 28.

[8]   Siehe z. B. zum Begriff „Mars“: (Peter Joseph Macquer:) Herrn Peter Joseph Macquers Doctors der Arzneygelahrtheit von der Pariser Facultät, Mitglieds der königl. Französischen Akademie der Wissenschaften und der königl. Ge­sell­schaft der Arzneygelahrtheit, Professors der Chymie & Chymisches Wörterbuch oder Allgemeine Begriffe der Chymie nach alphabetischer Ordnung. Aus dem Französischen nach der zweyten Ausgabe übersetzt und mit Anmerkungen und Zu­sätzen vermehrt von D. Johann Gottfried Leonhardi. - Erster Theil. Von A bis Erh. – Leipzig, bey M. G. Weidmanns Er­ben und Reich, 1781. [Dritter Theil. Von H bis Ph. ebd. 1781; Sechster und letzter Theil. enthaltend [sic] die nöthigen Re­gister. ebd. 1783.] – Johann Georg Ludolph Blumhof: Versuch einer Encyklopädie der Eisenhüttenkunde und der da­von abhängenden Künste und Handwerke, oder alphabetische Erklärung der bey der Schmelzung, Verfeinerung und Be­ar­beitung des Eisens vorkommenden Arbeiten, Begriffe und Kunstwörter. Aus den vorzüglichsten Schriften und eignen Er­fahrungen zusammengestellt und herausgegeben. Erster Band. A – Eisenh. Taf. I. – X. Gießen, bey Georg Friedrich Hey­er. [Zweyter Band. Eisenh. – H. Taf. XI. – XXXII. Ebd. 1817; Dritter Band. I – R. Tab. XXXIII. – XXXVIII. Ebd. 1819. – Bd. 2, S. 276 der im Siegenschen gebräuchliche Begriff Hüttentag; Bd. 3 S. 298 das Stichwort „Martial, ist der Stem­pel oder das Fabrikzeichen eines feinen englischen Gussstahls von Sheffield, es soll eigentlich Marschall heißen, s. Guss­stahl.“]

[9]   H. L. Q. C. = hora locoque consueto; in der gewöhnlichen Zeit und am gewöhnlichen Orte.

[10]  Karl IV. Philipp Theodor, Kurfürst von Pfalz und Bayern, geb. 11.12.1724, gest. 16.02.1799; verh. 1.: 17.01.1742 in Marburg mit Elisabeth Maria Aloysia Augusta Pfalzgräfin von Sulzbach II (17.01.1721-17.08.1794); 2. 15.02.1795 mit Maria Leopoldina von Ungarn und Böhmen  Österreich-Este. – Lebensgeschichte (wie Anm. 18) S. 286, 691, 726.

[11]  S. R. I. = Sacri Romani Imperii …; des Heiligen Römischen Reichs …

[12]  D. D. D. = dat, dicat, dedicat; er gibt, weiht, widmet.

[13]  Das Intelligenz-Blatt zur Allgem. Literatur-Zeitung Nr. 62, vom Samstag, dem 18. Mai 1799, bringt Sp. 489 f. einen Nachruf auf Carl Theodor, in dem es u. a. heißt: „Auch die Mannheimer deutsche gelehrte Gesellschaft, 1775 errichtet, ehret in Carl Theodor ihren Stifter, so wie ihm das Cabinett der Naturlehre, 1776 gestiftet, und das Cabinett der natürlichen Seltenheiten, 1765 gestiftet, nebst dem botanischen Garten, dem militärisch-anatomischen Theater, dem chirurgischen Collegium, der Hebammenschule und der Krankenwärterschule zu Mannheim, ganz allein ihren Ursprung verdanken.“ – Am 1772-02-09 fragte Jung-Stilling bei Hofrat Andreas Lamey in Mannheim an: „ob Ich wohl Ihro Churfürstl. Durchl. dieselbe dediciren dörfte; meine Meinung ist nicht etwa darinnen zu suchen, sondern nur meine untertänige Ergebenheit anzuzeigen.“; dies wird unter dem 1772-02-18 bewilligt. Siehe dazu auch Jung-Stillings Brief vom 1772-02-21; Briefe (wie Anm. 3) S. 70-71. – Albert Krieger (Hrsg.): Briefe Jung=Stillings an Johann Georg von Stengel und Andreas Lamey aus den Jahren 1771 bis 1774. Mitgeteilt. – In: Mannheimer Geschichtsblätter. Monatsschrift für die Geschichte, Altertums- und Volkskunde Mannheims und der Pfalz. Hrsg. v. Mannheimer Altertumsverein e. V. 26. Jg., Mannheim: Selbstverl. 1925, H. 3, Sp. 29-39 und H. 4, Sp. 77-82 (m. 1. Abb. Jung-Stilling nach Gundlach), Sp. 36, Nr. 5. Aufgelistet in Briefe (wie Anm. 3) S. 14. – Versuch einer Übersetzung: Dem huldreichsten Fürsten und Herrn Herrn Carl Theodor Graf der Rheinpfalz [, des] Heiligen Römischen Reichs Erzschatzmeister und Deutschlands Kurfürsten usw. dem so Vieles und so Großes zu Geist und politischer Be­ga­bung Wahre und Gute nicht mehr als vortreffliche Empfindung und Liebe zu erfüllenden höchstgeeigneter unsterb­li­che Werke und guter Schriftwerke und Künste zur Menschlichkeit aller Werte freundschaftlichst zu aller Ewigkeit einem mit der Akademie der Wissenschaften von ihm als Gründer wie gesagt wird was auf diese Weise den Körper, das Leben und die Gesundheit der Seinen zu schützen in besonderer Weise den Erhalter der apollonischen Kunst rühmt das anatomische Theater mit den chirurgischen und geburtskundlichen Schulen, die auf seinen Befehl eingerichtet (wur­den), der eingerichtete botanische Garten zeigt und der weitläufig eingerichtete Garten zur Natur­geschichte dem gegen­über beiden (Landes)Teilen Vater des Vaterlandes als erste Erträge der Studien in ergebener Absicht gibt, weihet, widmet Johannes Henrich Jung.

[14] S. 160 in der Rubrik « Nouvelle. » als vorletzter Hinweis am Schluss des Heftes. – Auch u. d. Titel: Journal de physique, de chimie, d’histoire naturelle et des arts. – Paris: wechselnde Verleger 1.1773 bis 43.1793; 1778, Suppl. falsch als Bd. 13 benannt.

[15] Le Journal des sçavans chez Jean Cusson (Paris); (1665-1792, 1797, seit 1816 Journal des savants, Rédakteur: Pierre-Claude-François Daunou (geb. Boulogne-sur-Mer 18.08.1761, gest. Paris 20.06.1840). – April 1766 bis 1778, Jacques Lacombe, quai de Conti, ab September 1768, rue Christine, seit 1777, rue de Tournon; S. 645-705 die Monatsausgabe, Jung-Stilling S. 700-701 in der S. 698 beginnenden Rubrik „Nouvelles Littéraires.“

[16] „(3) – Octobre 1772. Édit. De Paris. – Le Journal des Sçavans. = Novembre 1772.“, S. 167-170: „ALSACE. Strasbourg. […]“. – Le Journal des sçavans, Amsterdam, bei Marc-Michel Rey (geb. Genf 5.05.1720, gest. Amsterdam 8.06.1780).

[17] Ebd. S. 696: „Kurze Nachrichten. Lautern. Von Sr. Kurfürstl. Durchl. ist der neu gestiftete Lehrstuhl an der hiesigen Maeralschule dem Herrn Jung zu Elberfeld übertragen worden. Er wird die unter die Herren Sukow und Schmid vertheilt gewesene Wissenschaften,   die Landwirthschaft, Technologie und Handlungswissenschaft allein übernehmen, und zu Ende dieses Monats allhier eintreffen.“

[18] Dazu: Gustav Adolf Ben­rath (Hrsg.): Johann Heinrich Jung-Stilling Lebensgeschichte. Voll­stän­dige Ausgabe, mit Anmerkungen. Darmstadt: Wiss. Buchges. (3., durchges. u. verb. Aufl. 1992. ISBN 3-534-07476-9. Best.-Nr. 07476-9. – 1. Aufl. 1976, 2., unv. Aufl. 1984. Im folgenden Text = LG), hier: Häusliches Leben, S. 373. – Vgl. „Oeconomische Encyclopädie oder allgemeines System der Land-, Haus- und Staats-Wirthschaft. Hrsg. v. Johann Georg Krünitz.“ Bd. 33, Kama-Kamm, Berlin: Pauli 1793, S. 469 ff., bes. S. 473.

[19] Vgl. Friedel, Heinz: Siegelbach 1233-1983. Kaiserslautern: Roch (1983).

[20] „L’ésprit / des / Journaux, /françois et étrangers. / Par une société de gens-de-lettres. / = / Mars, 1781. / = / Tome III. / Dixieme Année. / [Vignette] / A Paris“, S. 83 ff., bes. S. 90.

[21] Vgl. Daniel Droixhe (Hrsg.): L’Esprit des journaux: un périodique européen au XVIIIe siècle, actes du colloque «Dif­fu­si­on et transfert de la modernité dans l’Esprit des journaux» organisé par le Groupe d’étude du XVIIIe siècle de l’Uni­ver­si­té de Liège (Liège, 16-17 février 2009) Bruxelles, Le Cri  Académie royale de langue et de littérature françaises de Bel­gique, 2009, 368 S. – Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, ou Catalogue systé­mati­que et raisonné de tous les écrits périodiques de quelque valeur publiés ou ayant circulé en France depuis l’origine du jour­nal jusqu’à nos jours, avec extraits, notes historiques, critiques et morales, indication des prix que les principaux jour­naux ont atteints dans les ventes publiques, etc. Précédé d’un Essai historique et statistique sur la naissance et les pro­grès de la presse périodique dans les deux mondes, par Eugène Hatin. Paris, Firmin Didot, 1866, S. 52

[22] Zuerst in „Bemerkungen  der  Kuhrpfälzischen  physikalisch=ökonomischen Gesellschaft,  vom Jahre 1776.  -  [Vignette]  -  Mit einer Kupfertafel.  -  Lautern,  im Verlage der Gesellschaft.  -  1779.“ S. 3-64 u. d. T.: „Anmerkungen  über das  Handlungs=Genie.  Von  Johann Heinrich Jung.“ Dann in Nr.: „- ( 149 ) - / Intelligenzblat für Hessen. / Acht und dreissigstes Stük. / Marburg, den 19ten September 1787. / - / Mit gnädigstem Privilegio. / -“ S. 151, Sp. 1 bis S. 152, Sp. 2, unterz. „Jung.“ als Beitrag: „II. Industrie und Handlung. / Grosmann, oder Beispiel eines unternehmenden Geistes.“; gemeint ist jeweils Peter Adolf Clarenbach (1661-1736). – Mehrere Nachdrucke vorh., z. B.: Wilhelm Güthling (Hrsg.): Anmerkungen über das Handlungs-Genie von Johann Heinrich Jung neu herausgegeben. - In: Zeitschrift des Bergischen Geschichtsvereins. Hrsg. v. Edmund Strutz. Bd. 75, Neustadt a. d. Aisch: Schmidt 1958, S. 167-170 Einleitung; S. 171-186 der Text; m. 2 Abb.: Tafel zwischen S. 166/67 Porträt Jung-Stillings nach Gundlach, Tafel zwischen S. 184/85 Porträt Karl Theodor. – Johann Heinrich Jung. Sachgerechtes Wirtschaften. Sechs Vorlesungen. Neu herausgegeben von Gerhard [Ernst] Merk. Berlin: Duncker & Humblot (1988. ISBN 3-428-06500-X = Schriften der J. G. Herder-Bibliothek Siegerland e. V. Bd. 20.) [Mit 1 Porträt Jung-Stillings nach Lips.]

[23] „L’Esprit / des / Journaux, / françois et étrangers. / Par une Société de Gens-de-Lettres. / = / Décembre, 1781. / Tome XII. / Dixieme Année. / [Vignette] / A Paris“ : Valade, Liège: Jean-Jacque Tutot 1781, S. 302-312, bes. 308 ff.

[24] Johann Daniel Flad geb. Heidelberg 12.06.1718, gest. 19.10.1779. – „Gedächtnisrede auf Hrn. J. D. Flad. / Kurpfälzischen wirklichen Administrationsrathe und Registra= / tor der Akademie der Wissenschaften zu Mannheim, und / der phisikalisch=ökonomischen Gesellschaft zu Lautern / ordentlichem Mitgliede. Vorgelesen den 11. Christ= / monat 1780. / - / Von Herrn Professor Jung. / -“ – In: „Rheinische / Beiträge / zur / Gelehrsamkeit. / - / Jahrgang 1781. / Zweites Heft. / Den 1. Hornung, 1781. / - / [...] / - / Mannheim / im Verlage der kurfürstl. Hof= und akademischen / Buchhandlung.“ S. 141-153.

[25] „Über / die Nassau=Siegensche / hölzerne Löffel=Manufaktur / zu / Helberhausen, / von / Johann Heinrich Jung.“ – In: „Bemerkungen / -der / Kuhrpfälzischen / physikalisch=ökonomischen Gesellschaft, / vom Jahre 1780. / - / [Vignette] / - / Mannheim und Lautern, / in der neuen Hof= und akademischen Buchhandlung, / 1781.“ S. 193-243. – Nachdrucke: S. 205-242 in: Friedrich Ludwig Walther: Handbuch der Forsttechnologie. Mit 29 Kupfertafeln. Giesen [sic; Giessen: ] Tasché und Müller 1802, S. 206-220.  – Danach in: Charles d' Ourches: Aperçu des forêts dédié a la postérité. Bd. 2. Paris: A.-J. Marchant. An XIII.–1805, S. 59 ff. zu „Technologie forestière de Fréderic-Louis Walther.“, darin S. 161-165. – Vah dr Läffelnstadt. Von Johann Heinrich Jung Stilling. - In: Siegerland. Eine Schriftenreihe II. Heimat ist Schicksal. Kreuztal: Jung-Stilling-Verlag (1947) S. 53-62. (M. 1 Abb. v. Schöler: Hälwerhuse, die Läffelnstadt.) – Güthling, Wilhelm (Hrsg.): Johann Heinrich Jung(-Stilling): Über die Nassau-Siegensche hölzerne Löffel-Manufaktur zu Helber­hausen. - In: Siegerland. Blätter des Siegerländ. Heimatvereins. Hrsg. v. Wilhelm Güthling. Bd. 37, Siegen 1960, H. 2, S. 41-50. – Bensberg, Heinz: Löffelschnitzerei einst blühendes Gewerbe. Helberhausen als „Löffelstadt“ – Ahornholz war rar. – In: Siegener Zeitung Nr. ... v. Samstag, 19. Februar 2000, Seite 47, Unser Heimatland, Sp. 4-5.

[26] Johann Adam Pollich (geb. Kaiserslautern 1.01.1741, gest. ebd. 24.02.1780).

[27] Oktober 1780, Bd. 10, Paris: [Jacques-François (und) Jean-Jacques-Denis] Valade; Lüttich/Liège: Jean-Jacques Tutot 1780, S. 279-288: „Société électorale économique de Lautern:“, hier S. 284 ff.

[28] S. 397-413 in: „Rheinische Beiträge / zur / Gelehrsamkeit. 5tes Heft. Den 1. Wonnemonat 1780.“ = „Rheinische / Beiträge / zur Gelehrsamkeit. / [Vignette] / 1780. / Erster Band. / - / Mannheim, / im Verlage der kurfürstl. neuen Hof= / und akademischen Buchhandlung.“

[29] Journal encyclopédique ou universel, Bouillon: Imprimerie du Journal 1780, Bd. 8, Tl. 3, S. 541-543 : « Allemagne. », hier S. 543.

[30] Philippe Isidore Picot de Lapeyrouse: Traité sur les mines de fer et les forges du comté de Foix. Philippe Isidore Picot de Lapeyrouse (baron de Bazus)

[31] Dietrich Ludwig Gustav Karsten (1768-1810).

[32] XIV, 312 S., III Bl., Ill.; 8°. – S. 133, 142, 200, 268 Jung genannt.

[33] Siehe Siegfried Seifert,: Die Zeit schlägt ein neues Buch in der Geschichte auf. Zum französischen Revolutionskalender und zu seiner Aufnahme in Deutschland. Nationale Forschungs- und Gedenkstätten der Klassischen Deutschen Literatur in Weimar (1989. ISBN 3-7443-0070-6. Ag 516 20 89 – LSV 7103. Best.-Nr. 801 784 8  01550. Faksimile nach dem Original in Weimar. Beilagezettel „Überreicht anlässlich der 71. Hauptversammlung der Goethe-Gesellschaft in Weimar“.)

[34] Plas-Mame, Mame: geb. Angers 1776, seit 1797 in der rue Montfumier in Tours; sein Vater war Drucker in Angers.

[35] Vollständiger Text unter dem URL: www.Jung-Stilling-Forschung.de .

[36] Geb. Josselin (Morbihan) ?.12.1748, gest. Paris 24.12.1797.

[37] Geb. Paris 27.05.1788; gest. nach 1813 bzw. nach 1834; er kann also nicht der Stecher hier sein; vgl. Ul­rich Thieme/Felix Becker: Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Ge­genwart Bd. 27, Leipzig: Seemann 1933, S. 521 (Nachdruck München: Deutscher Taschenbuch-Ver­lag 1992; ISBN 3-423-05908-7. – Vgl. André Monglond (1888-1969): La France révolu­tion­nai­re et impériale: annales de bibliographie méthodique et description des livres illustrés ... ISBN 2-05-100808-6, Bd. 3, Éditions B. Arthaud unter dem Lemma Stilling S. 789, Bd. 2, S. 323. – Siehe auch: Vgl. P[ierre].-M[arie]. Gault de Saint-Germain: Les trois siècles de la peinture en France ou Ga­­le­rie des peintres français, depuis François I.er jusqu’au règne de Napoléon. Paris: Belin 1808, S. 277.

[38] Zu Lepetit vgl.: Philippe Renouard [Philippe Ernest Augustin Renouard (geb. Paris 15.09.1862, gest. ebd. 2.10.1934)]: Quelques documents sur les Petit. Libraires parisiens, et leur famille. Paris 1896; zuvor in: Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de L’Île-de-France1 1896, S. 133-143.

[39] S. 4 des Katalogs. Dieser angebunden an : « Les Proscrits. – Par Charles Nodier. – A Paris, Chez [sic] Lepetit et Gérard, […]. – An X. – 1802. ». – Vgl. ebenfalls 1802: (Pierre-Daniel Huet:) „Traité de l’origine des romans, par Huet, évêque d’Avranches; Suivi d’observations et de jugemens sur les Romans Français; avec l’indication des meilleurs Romans qui ont paru, sur-tout, pendant le dix-huitieme siècle, jusqu’à ce jour.“ Paris: N. L. M. Desessarts [Nicolas-Toussaint Lemoyne des Essarts/Desessarts, geb. 1.11.1744, gest. 5.10.1810 ?], An VII, 1799, S. 170: „Florentin et rosine [sic], 2 vol, in-12.

[40] Antoine-Joseph-Nicolas Prunot de Rosny (geb. Paris 29.08.1771, gest. Valenciennes 21.10.1814): Vie de J. P. Florian. Paris: Lepetit 1794; = „Oeuvres de Florian. Tome XV.“; nach S. 134 der Biographie der angehängte Katalog mit separater Seitenzählung S. 189-194, hier S. 190. – Jean-Pierre-Clarisse de Florian, geb. Sauve 6.03.1755, gest. Paris 13.09.1794)

[41] Annuaire de la Librairie. Par Guillaume Fleischer. Première Année. De l’imprimerie de Baudouin. A Paris, Chez Levrault […]. An X. – 1802, S. XXXVI.

[42] L’Esprit des Journaux, françois et étrangers. Bd. 1, Paris: Valade u. Brüssel:Tutot, Jan. u. Febr. 1796, Nivose und Peuvrose IV, darin « Bibliographie de l’Europe. », hier S. 335 ff. – Johann Friedrich Jüner, 1759-1797

[43] Arnaud, François Thomas Marie de Baculard d’ (1718-1805): Adelson und Salvini, eine englische Geschichte. Breslau und Leipzig: Gutsch 1773, 164 S., 8°.

[44] „Feuille de Correspondance du Libraire, Année 1792. XIIe. Cahier.“ Paris : Aubry, S. 540, Nr. 3703, 3704. – Arnaud, François Thomas Marie de Baculard d’: Clary Ou Le Retour A La Vertu Récomponsé. Histoire Anglaise. Par M. D’Arnaud. A Paris, Chez L’Esclapart, Librairie, Quai de Gèvres. Chez La Veuve Duchesne, Libraire, rue S. Jacques, 1767. [3] Bl., 54 S. : 1 Ill. (Kupferst.), Ill. (Kupferst.).; 8°.

[45] L’Esprit des Journaux, françois et étrangers. Bd. 4, Juli u. Aug./Messidor & Thermidor, S. 72 ff. – Ann(e) Radcliffe 1764-1823 ; = The Italien, or the confessional of the black penitents. – Mary Gay [-Allard], geb. Lyon um 1750, gest. Paris 1821 (Tochter: Hortense Allard).

[46] P[ierre]. Roux: Journal typographique et bibliographique. Jg. 1. 1. Vendemaire, au 30 Fructidore an VI, 22.09. 1797-21.09.1798, S. 189. – La belle Indienne, ou les Aventure de la petite fille du Grand Mogol. Trad. de l’Angl. Cornélie de Vasse (1737-180).

[47] L’Esprit des Journaux, françois et étrangers. Bd. 3, März 1794, S. 153 ff. – Arnaud, François Thomas Marie de Baculard d’: Les epoux malheureux, ou histoire de Monsieur & Madame de la Bedoyere, écrit par un ami ; Tl. 1-2.

[48] Gustav Adolf Ben­rath (Hrsg.): Johann Heinrich Jung-Stilling Lebensgeschichte, wie Anm. 18. – In einem Verzeichnis der Werke Chodowieckis werden S. 93 die 6 Stücke zu Jung-Stilling verzeichnet: (Heinecken, Karl Heinrich von [1706-1791], Hrsg.) « Dictionnaire des Artistes, dont nous avons des estampes, avec une notice détaillée de leurs ouvrages gravés. Tome Quatrieme, contenant les lettres Cec-Diz. Leipzig: Breitkopf 1790. »

[49] Auch als Mikrofiche Frey, Axel (Bearb.:) Bibliothek der Deutschen Literatur. Bibliographie und Register. Mikrofiche Ausgabe nach Angaben des Taschengoedeke. Eine Edition der Kultur-Stiftung der Länder im K. G. Saur Verlag. München usw.: Saur 1995. ISBN 3-598-50100-5 bzw. 3-598-53763-8 = BDL, ISBN 3-598-51363-1, enthält einen Text auf Mikrofiche: Box 29, Fiche 13489-13490.

[50] Umfang: II, Kupfer, II, S. (1)-136 und Kupfer (1)-144 S. – Schmutztitel S. (I), verso = Kupfer, S. (III) Titel, S. (IV) vakat, S. (1) zweiter Titel und Text bis S. 134, S. 135-136: „Table des chapitres | de la première partie.“, 1 Bl. vakat. – S. (I) vakat, verso Kupfer, S. (III) Titel, verso vakat. S. S. (1) zweiter Titel und Text bis S. 136, S. 137-138: „Table des chapitres | de la deuxième partie.“, S. (139)-144: „CATALOGUE des livres reliés | et brochés qui se trouvent chez | LEPETIT.“, S. 144 unten: „- | A VERSAILLES, De l’Imprimerie de M.-D. Cosson.“; 1 Bl. vakat. – S. (1) „I. 1“ bis S. 125: „11“. – S. 5: „1“ bis S. 133 „II 12“.

[51] L’Esprit des journaux, françois et étrangers, Paris und Brüssel, Bd. 5, Sept.-Okt. 1795, Jahr 4, S. 88-91. – S. Anm. 6.

[52] Ursprgl.: „Es zog einmal am Mondenschein / Ein Jüngling über Land.“, S. 97 ff. in der Ausgabe von 1781; ebd. S. 97: „In dem fieng Florentin an: Sing die Romanze: Es zog einmal am Mondenschein &. Gern antwortete sie“. – Vgl. zur Sze­ne auch: Ruth E. Müller[-Lindenberg]: Erzählte Töne.] Studien zur Musikästhetik im späten 18. Jahr­hun­dert. Stuttgart: Steiner 1989. (S. 57-67: „III. Johann Heinrich Jung-Stilling: Musik und Religion“.) [Zugl. Diss. TU Berlin 1988, Berlin 1989 = Beihefte zum Archiv für Musikwissenschaft. Hrsg. v. Hans Heinrich Eg­ge­brecht in Verbindung mit [...] Bd. XXX [30], S. 62, 65. – Hans Grellmann. Die Technik der emp­find­sa­men Erziehungsromane Jung-Stillings. Ein Beitrag zur Empfindsamkeit und Aufklärung. Neu hrsg. u. m. Vor­wort, Dokumenten u. Anm. versehen von Erich Mertens. Kreuztal: verlag die wielandschmiede (1993. - ISBN 3-925498-46-X). – Vgl. Anm. 94.

[53] S. 469, Lehrjahre, wie Anm. 18.

[54] Vgl. Schwinge, Gerhard: Jung-Stillings Lektüre. Zur Rezeption von Druckwerken des 17. bis 19. Jahrhunderts durch den Arzt, Staatswirtschaftler und religiösen Schriftsteller Johann Heinrich Jung gen. Stilling (1740-1817). – In: Pietismus und Neuzeit. Ein Jahrbuch zur Geschichte des neueren Protestantismus, Bd. 28, Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht 2002, S. 237-26, bes. S. 248 f.

[55] Aufgelistet in: Briefe (wie Anm. 3) S. 25; Druck: Vömel, A[lexander]: Briefe Jung=Stillings an seine Freunde. Berlin: Wiegandt & Grieben 1905; Briefe Jung=Stillings an seine Freunde. 2. Auflage. [Verlagssignet] Leipzig: Moritz Ruhl. [1925; Vorwort datiert September 1924], S. 134-136; auch in: Das Heimweh / und / Der Schlüssel zu demselben. / - / Von / Heinrich Stilling / (Johann Heinrich Jung.) / Doktor der Arzneikunde und der Weltweisheit. Geheimer Hofrat. / Neue verbesserte Ausgabe. / Bearbeitet von / Johannes Landenberger. / - / (Alle Rechte vorbehalten.) - / - Mit dem Bilde des Verfassers. - / - / Vollständig in vier Bänden. / Vierter Band. / [... grch. Motto] / [Vignette] / Lorch (Württemberg.) / Renatus=Verlag. Bd. 4, S. 176-177.

[56] Diese Ausgabe wird wegen der Sorgfalt in der Kürzung gelobt in „Allgemeine Literatur-Zeitung“ Nr. 231 v. 1801-08-12, Sp. 337.

[57] Ursprgl. Bd. 1-5. London 1797-1799. – Diese Nennung auch in: „Denkwürdigkeiten zur Geschichte des Jakobinismus vom Abbé Barruel. – Nach der in London 1797 erschienenen französischen Original=Ausgabe ins Teutsche übersetzt von einer Gesellschaft verschiedenen Gelehrten. – Vierter Theil. – Münster und Leipzig, bey Peter Waldeck. 1803.“ S. 280. – Auch Bd. 1-4. Hamburg 1800-1803.

[58] „Friedrich Wilhelm Strieder’s / Grundlage / zu einer / Hessischen Gelehrten= / und / Schriftsteller=Geschichte. / - / Von der Reformation bis 1806. / Achtzehnter und letzter Band. / Ergänzende Biographieen, und vollständiges Register über / alle 18 Bände. / - / Herausgegeben / von / D. Karl Wilhelm Justi. / - / Marburg, / gedruckt mit Bayrhoffer’schen Schriften. / 1819.“ S. 246-270, hier S. 267.

[59] Siehe zu ihm ausführlich unter dem URL www.Jung-Stilling-Forschung.de, Suchwort Wreden.

[60] Henri Graf Grégoire, ehem. Bischof von Blois, geb. Vého bei Lunéville 4. 12.1750, gest. 28.05.1831; der erste kon­sti­tutionelle Bischof, auch er Mitglied des Rats der 500.

[61] » Histoire des sectes religieuses qui, depuis commencement du siècle dernier jusqu’à l’époque actuelle, sont nées, se sont modifiées, se sont éteintes dans les quatre parties du monde. Bd. 1. Paris : Ptey, Noyers : Égron u. Foucault 1814. »

[62] Heft 3, 1797, S. 158. – Johann Heinrich Jung, genannt Jung-Stilling: Der Graue Mann eine Volksschrift. Nach den Erstdrucken herausgegeben und kommentiert von Erich Mertens und Martin Völkel. Bd. 1-4. Nordhausen: Traugott Bautz GmbH 2007. (ISBN 978-3-88309-395-6; 1776 S.); dazu erschien das Register ebd. 2009, ISBN 978-3-88309-503-5.

[63] Siehe Anm. 62.

[64] Bapst geb. Paris 7.01.1858, gest. ebd. 28.10.1934,

[65] Geb. Villeneuve-d’Agen 2.04.1764, gest. 23.01.1848.

[66] Bapst, Edmond: A la Conquête du Trône de Bade. La Comtesse de Hochberg La Grand-Duchesse Stéphanie Gaspard Hauser. Paris : Lahure 1930, S. 128. – Vgl. Borchardt-Wenzel, Annette: Die Frauen am badischen Hof. Gefährtinnen der Großherzöge zwischen Liebe, Pflicht und Intrigen. Mit 25 Abbildungen. Gernsbach: Katz 2001, ISBN 3-925825-80-0; S. 157.

[67] 2. Heft, S. 58, Sp. 2 bis S. 59 Sp. 1 als erstes der „Journaux“.

[68] 2. Jg., Tl. 1, Paris u. Strasbourg 1802, S. 175 im Abschnitt IV.

[69] 3. Jg., Tl. 1, Paris u. Strasbourg 1803, S. 268 f. im Abschnitt III.

[70] „Scenen / aus dem / Geisterreiche. / - [eL 28 mm] / In meines Vaters Haus giebts viele Wohnungen. / - [eL 75 mm; darin mittig verschlungenes Initial aus V und W] / Frankfurt am Main, / bei Varrentrapp und Wenner / 1795.“ – „Scenen / aus dem / Geisterreiche / von / Heinrich Stilling. / - [eL 27 mm] / Zweyter Band. / - [L 20 mm] / In meines Vaters Haus giebts viele Wohnungen, / - [eL 66 mm] / Frankfurt am Main, / bey Varrentrapp und Wenner / 1801.“

[71] Erschien 1798-1841 in Paris u. a. bei Treuttel und Würtz. – In derselben Ausgabe wird S. 303 Jung-Stillings „machine pour fabriquer les tuiles“ = die Ziegelstreichmaschine und S. 329 die Erzählung „Conrad le bon“ = „Konrad der Gute“ aufgeführt.

[72] Vgl. L’Imaginaire des apocalypses. Colloque international, les 16, 17 et 18 novembre 2000 Présidence de l’Université de Savoie, 27 rue Marcoz, Chambéry», ein «Colloque international sur l’Imaginaire des Apocalypses (Centre d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires sur les processus de la Création, Université de Savoie)», S. 163-172. – Fabry, Jacques: Visions de l'au-delà et tables tournantes. Allemagne, XVIIIe-XIXe siècles. Presses universitaires de Vincennes. PUV, Université Paris 8, Saint-Denis, (März) 2009, ISBN 284292228X; ISBN 9782842922283, ISSN 0993-7188, Code SODIS : F504429; = La philosophie hors de soi (Bd. 11). Darin S. (67)-97 (m. 1 Porträt Jung-Stillings): Johann Heinrich Jung-Stilling (1740-1817) et les esprits de l'au-delà.

[73] Erschienen in Lausanne bei Marc Ducloux (geb. Neuenburg 3.04.1810, gest. Paris 15.04.1853); und in Neuchâtel bei Jean-Pierre Michaud in den Jahren 1835-1841.

[74] Jg. 10, 1842, Nr. 42, S. 350, Sp. 1.

[75] « Le Magasin Pittoresque  publié sous la direction de M. Èdouard Charton. Dixième année. 1842. Paris: Bureaux d'abonnement et de vente. », Jg. 10, Nr. 44, S. 349-351: „Mémoires de Henri Jung-Stilling. | Avant-propos.“ und Nr. 48, S. 378-379. – Bis September 1844 ; „Magasin pittoresque.“ Nr. 39, S. 305-312, darin S. 306-307: „Mémoires de Henri Jung-Stilling. | (Fin. – Voy. P. 270.)“

[76] Vgl.: Annie Lagarde-Fouquet/Christian Lagarde: Edouard Charton (1807-1890) et le combat contre l'ignorance. Rennes: Presses Universitaires 2006; ISBN 2753502919, 9782753502918 = Collection Carnot, ISSN 1291-9495; = Romantisme et modernité, Paris: Champion, ISSN 1169-2944.

[77] „Revue Contemporaine (Revue européenne et Athenaeum français)“ Jg. 13, Serie 2, Bd. 42 (= Bd. 77 der Reihe), H. 3 (= Nr. 305) vom 1864-12-15, (= S. 433-640), (nach S. 640 des Textes:) S. 161-176 als Nr. IX das „Athenaeum français. Bulletin Bibliographique de la Revue Contemporaine“, hier S. 168, Sp. 2.

[78] Magasin pittoresque. LIIe Année 1884. 2e série. Bd. 2. H. 1, Januar 1884, S. 11-12. – Dies ist : „Siegerländer / Volks=Kalender / für das Jahr / 1893. / Preis 50 Pfennige. / - / Siegen. / Druck und Verlag von H. Schneider.“ [1892], S. 127-128. – Eine Staroperation. - In: Siegerländer Heimat Kalender auf das Jahr 1929. 10. Jahrgang. Herausgegeben vom Verein für Heimatkunde und Heimatschutz im Siegerlande samt Nachbargebieten. Siegen: Vorländer 1929, S. 107 und 109.

[79] Oertel geb. Horn bei Simmern 15.08.1798, gest. Wiesbaden 14.10.1867; stud. theol. Heidelberg 1815-1819, hier Bekanntschaft mit Jung-Stilling; imm. Heidelberg 30.10.1815 ex Manubach (Saardept.) – Vgl. DBA 912, 295-396, 403-410.

[80] W. O. von Horn: Silberblicke. Züge aus dem Leben ausgezeichneter Menschen. Der Jugend und dem Volk dargeboten. Zweite Auflage. Frankfurt am Main: J. D. Sauerländer 1864, S. 151 ff.; 1. Aufl. 1859. – Bereits 1836 in: Phönix. Frühlingszeit ... Frankfurt/Main 1835-1838. Hrsg.: Eduard Duller geb. Wien 18.11.1809, gest. Wiesbaden 24.07.1853; Karl Ferdinand Gutzkow geb. Berlin 17.03.1811, gest. Frankfurt-Sachsenhausen 16.12.1878. – Vgl. Hugo Oertel [Georg Friedrich Hugo Oertel (1827–1909)|: W. O. von Horn (Wilhelm Oertel), ein wahrer Freund des Volkes. Ein Lebensbild, für das dt. Volk gezeichn. von Einem, der ihn lieb gehabt hat. Wiesbaden: Julius Niedner 1868 = Horn’sche Volks- u. Jugend­bibliothek Bd. 80

[81] Siehe Lebensgeschichte (wie Anm. 18) S. 477 bzw. 502. – Horn: Silberblicke (Anm. 80) S. 151. –  Friedrich Christian Adolph von Motz (geb. Kassel 18.11.1775, gest. Berlin 30.06.1830) lebte 1795 in Ockershausen; vgl.: Friedrich Christian Adolph von Motz. Eine Biographie mit Portrait u. Facsimile von Friedrich von Motz. Erfurt: J. J. Uckermann 1832, S. 15.

[82] Jg. 1959, écrivain, poète et peintre.

[83] „Samuel Jackson of Tulse Hill” übersetzte neben den Werken Gerhard Tersteegens auch Jung-Stillings Lebensgeschichte, danach „Jorinde und Joringel“ auch separat; die „Theorie der Geisterkunde“ (Theory of Pneumatology, 1833, ersch. 1834), die Einleitung zu Stahlschmidts „Pilgerreise“ u. a. in verschiedenen Auflagen.

[84] Hefttitel: “Tait’s | Edinburgh Magazine. | May, 1835.“ Mai 1835 = S. 279-354, darin S. 311-328 zu Jung-Stilling. – Die Anm. verweist auf „*London: Hamilton, Adams, & Co.”

[85] Hefttitel: « Juillet 1835. | - | Revue | Britannique. | -». S. (111)-141 auf S. 141: „Tait's Magazine.)“. – Revue britannique, Choix d’articles traduits de meilleurs écrits periodiques de la Grand-Bretagne. Paris 1825 ff., mehrere Serien (Teil 1, 1833 - 18, 1835 in Serie 3; Juli 1835, 4: Jung-Stilling, ami de Goethe. – Im Inhaltsverzeichnis « Table | des matières du seizième volume.“ findet sich der Text an 9. Stelle.

[86] Lebensgeschichte (Anm. 18) S. 67 ff.

[87] Lebensgeschichte (wie Anm. 18) S. 67 ff., S. 711.

[88] Wahrscheinlich der ehem. Offizier; geb. Pesmes (Haut-Saône) 8.11.1785.

[89] S. 371 nennt Résie ihn richtig statt „Kemper“ Cornelius van Kempen; d. i. Cornelis Kemp/Cornelius Kempius/Corneille van Kempen, geb. Dokkum/Friesl. 1516, gest. wahrscheinlich in seinem Wirkungsort Groningen 1587.

[90] „De origine, situ, qualitate et quantitate Frisiae, et rebus a Frisiis olim praeclare gestis, libri tres: […] Coloniae Agrippinae Exudebat Gosvinvs Cholinvs, Anno M.D.LXXXVIII.“ (1588); Buch 3, Kap. 31, S. 341.

[91] Etwa 1538-1599: Scots discovery of witchcraft. Proving the common opinions of witches contracting with devils, spirits, or familiars ... and their power to kill, torment, and consume ... to be but imaginary ... wherein also, the lewd unchristian practices of witchmongers ... is notably detected ... whereunto is added a treatise upon the nature and substance of spirits and devils ... all written and published in anno 1584. (Mehrfache Drucke.)

[92] „D. Balthasar Bekkers […] bezauberte Welt. - Neu übersetzt von Johann Moritz Schwager, […] - durchgesehen und vermehrt von D. Johann Salomo Semler.“ Bd. 1, Leipzig: Weygand 1781, S. 186; hier wohl Druckfehler „215“ für richtig S. 315.

[93] Caspar Schott S. J., auch Gaspar Schott/Kaspar Schott, geb. Königshofen 5.02.1608, gest. Würzburg 22.05.1666. – Bekker zitiert die Ausgabe von 1667,: „P. Gasparis Schotti Regis Curiani e Societate Jesu […] Physica Curiosa, sive Mirabilia naturae et artis libris XII. Comprehensa, […] Herbipoli […] Johannis Andreae Endteri & Wolff“ MDCLXVII (1667).  – Nicht: „P. Gasparis Schotti Regis Curiani e Societate Jesu […] Physica Curiosa, sive Mirabilia naturae et artis libris XII. Comprehensa, […] Herbipoli […] Johannis Andreae Endteri & Wolff“ MDCLXII (1662), Buch 2, Kap. 41, S. 362, vgl. ebd. S. 710.

[94] „Die Geschichte / Florentins v. Fahlendorn. / - [53 mm] / Von / Heinrich Stilling. / - [45 mm] / Erster Theil. / [Vignette: Getreidebündel mit Sichel, F: 51 x 17 mm] / - [Schmucklinie, 67 mm] / Mannheim, / in der neuen Hof= und akademischen / Buchhandlung, 1781.“, S. 97 ff. – Vgl. Anm. 52.

[95] Vgl. z. B. dazu: Stützel, Ingeborg: Jung Stilling und die Volkskunde. Ein Beitrag zur Darstellung des volkstümlichen Lebens im Siegerland des 18. Jahrhunderts. [Tübingen] 1952. [189 S., 30 gezeichnetet Bll., Masch. - Phil. Diss. Tübingen v. 21.12.1953.] – Grätz, Manfred: Das Märchen in der deutschen Aufklärung. Vom Feenmärchen zum Volksmärchen. Stuttgart: Metzler 1988 = Germanistische Abhandlungen Bd. 63. ISBN 3-476-00618-2; S. 179-181. – Uther, Hans-Jörg: Die Brüder Grimm und Heinrich Jung-Stilling [.] Von Jorinde und Joringel und anderen Erzählungen. – In: Paare und Paarungen. Festschrift für Werner Wunderlich zum 60. Geburtstag hrsg. v. Ulrich Müller und Margarete Springeth unter Mitwirkung von Michaela Auer-Müller. Stuttgart: Verlag Hans-Dieter Heinz Akademischer Verlag Stuttgart 2004 (ISBN 3-88099-425-0) S. 294-305. = Stuttgarter Arbeiten zur Germanistik Bd. 420; bes. S. 299.

Cookies erleichtern die Bereitstellung unserer Dienste. Mit der Nutzung unserer Dienste erklären Sie sich damit einverstanden, dass wir Cookies verwenden.
Datenschutz OK